Prévenir et agir contre la solitude de nos proches âgés : des solutions existent !

avatar badge

UTILE ()

Article rédigé par Annie Ludinard, Coordinatrice du Relais des Aidants, Lundi 4 juin Consulter son profil complet

Une récente étude des Petits Frères des Pauvres (*) estime que 300 000 personnes âgées sont en situation de « mort sociale » aujourd’hui. L’éloignement géographique des proches, la disparition du conjoint, des frères et sœurs, des amis, les difficultés de déplacement, le manque de moyens financiers, le manque d’envie « à quoi bon ! » de participer à des activités, des sorties ou encore l’exclusion numérique… sont autant de causes d’isolement et de solitude des personnes fragilisées. Face à cette situation, il existe néanmoins des solutions.

De quoi parle t-on ?

On associe souvent la solitude à l'isolement. Mais l'isolement engendre-il forcément un sentiment de solitude et inversement ? Ne peut-on pas se sentir seul(e) tout en étant entouré ?

Il s'agit là bien sûr de la solitude imposée et le vieillissement de la population, les politiques de maintien à domicile ont accentué ce phénomène.

Repérer les premiers signes
 

  • l’abandon des activités physiques, culturelles, de loisirs...
  • le manque de motivation, d'envie de sortir,
  • les proches (famille, amis, voisins) qui disparaissent,
  • des difficultés pour se déplacer, prendre les transports...
  • des visites qui s’espacent, des fêtes de famille sans la famille !

Alors, quelles solutions peut on envisager ?

Être à l'écoute, en parler : pour limiter ou éviter les risques d'isolement et le sentiment de solitude de nos proches, il convient d'être vigilant et à l'écoute d'un éventuel mal-être, voire d'un mal de vivre qui n'est pas toujours dit. Alors avant tout, ne pas hésiter à aborder le sujet régulièrement, surtout lorsque la personne âgée vit seule.

Des visites de convivialité : plusieurs institutions publiques (conseils généraux, communes, Centres d’action sociale (CCAS) ont développé des réseaux de visites de convivialité. Ces visites sont réalisées par des bénévoles d'associations. Bien sûr il s'agit souvent d'une seule visite par semaine pour tenir compagnie, faire une promenade, jouer, parler... mais c'est déjà ça !

Les Petits Frères des Pauvres est à l'initiative du site voisin-age sur lequel, après inscription, les « voisineurs » (habitants du quartier) sont mis en relation avec « les voisinés ». Les personnes âgées s'entendent pour des coups de fil, des visites, des petites courses, un dépannage...

Déjeuner dans un foyer restaurant : encourager et organiser la prise du déjeuner dans un foyer restaurant de la commune quand c'est possible, sera toujours préférable au portage de repas, souvent utilisé, qui isole encore plus la personne. Rien de mieux pour se sentir moins seul(e) que de partager son repas avec d'autres personnes et de bénéficier d'un menu équilibré servi à table. Pour connaître les adresses, vous pouvez consulter le site du conseil départemental, vous rendre à la mairie du domicile de la personne âgée, au service d'actions sociale ou sur Google.

Le club retraités ou club senior : nés dans les années 70, on les appelait les clubs de troisième âge. Gérés par les communes, ces clubs proposent de nombreuses activités aux retraités de tous âges. Des sorties, des jeux, des ateliers, des activités physiques adaptées, des activités manuelles... La aussi, c'est un lieu de convivialité, d'échanges et permet la encore de prévenir le risque d'isolement et de solitude.

Héberger un étudiant ou un adulte : parfois les personnes âgées restent vivre dans leur logement devenu trop grand, la famille étant partie et la place ne manque pas. Alors pourquoi ne pas envisager de louer une chambre ou une dépendance contre services. Une personne à demeure sera aussi gage de sécurité pour les proches.

De nombreux dispositifs d'entraide se sont développés. En voici quelques uns :

Les séjours de vacances adaptés : certains organismes de voyages se sont adaptés aux populations âgées et proposent des séjours sur mesure avec souvent des solutions de prise en charge à partir du domicile jusqu'au lieu de vacances. Par exemple l'ANCV ou encore travel age et aussi les Petits Frères des Pauvres.

Les caisses de retraite au travers de leur service d'action sociale proposent également des séjours dans des résidences adaptées pour les personnes âgées et leur aidant.
Certaines communes organisent aussi des vacances pour les personnes âgées.

Et pourquoi pas un animal de compagnie : bien sûr, tout dépend des conditions, de la situation de la personne, de son âge, de ses conditions de vie, et avant tout de son lien avec les animaux mais la question mérite d'être posée. De plus, il n'est pas nécessaire de prendre un jeune animal, il est possible d'en adopter un adulte via des associations type SPA par exemple.

Rester vigilant et attentif aux paroles et aux changements dans la vie de son proche âgé : « je n'ai plus envie », « à quoi bon maintenant ! » , c'est prévenir et agir contre la solitude. Il sera toujours plus facile de « relancer la machine » dès les premiers signes de repli sur soi.

(*) Solitude et isolement - Quand on a plus de 60 ans en France en 2017

Cet article vous a-t-il semblé utile ?

UTILE ()

aidant a trouvé cet article utile
Un avis sur cet article ? Un conseil à partager ?
Venez en discuter avec les membres de la communauté
Ils en parlent sur le site
LES ARTICLES EN RELATION
LES DISCUSSIONS EN RELATION
    Les questions en relation
    Poser une question

    Vous avez besoin de conseils sur un sujet précis ? Les aidants de la communauté sont là pour vous aider

    Merci votre question a bien été enregistrée.

    Elle sera publiée afin d'etre visible par les autres membres de la communauté.

    Nous espérons que ceux-ci pourront vous apporter les réponses dont vous avez besoin