Maladie d’Alzheimer ou apparentée : comment se ressourcer avec son proche ?

avatar badge

UTILE ()

Article rédigé par Isabelle Charret, Médecin Gériatre, Lundi 25 septembre Consulter son profil complet

Se ressourcer signifie revenir à ses sources, revenir à ses racines, autrement dit, être en connexion avec ce qui est important pour soi, en profondeur. Ne pas se ressourcer, c’est perdre ce qui est essentiel, vital et courir le risque d’être déconnecté de ce qui fait sens pour soi. Retrouver ce lien est une nécessité pour tout être humain, mais encore plus lorsqu’il y a du stress, des rythmes rapides, du manque de sommeil, de l’anxiété et des préoccupations permanentes. Mais comment y parvenir ? Explications.

Se ressourcer à deux : Un rêve ? Une plaisanterie ? Non… une nécessité réalisable !

Savoir se ressourcer et y penser a un effet très salutaire sur les manifestations anxieuses, les exaspérations, les emportements, les épuisements des proches tout en bénéficiant aux personnes malades.

Quel proche aidant d’une personne atteinte de la maladie d’Alzheimer ou autre pathologie apparentée n’a pas rêvé d’avoir un moment à soi pour se retrouver ? Les idées, les conseils prodigués sont empreints de bienveillance, mais c’est sans compter que l’organisation d’un moment pour soi-même est souvent compliquée : le manque d’aides ou la difficulté d’acceptation des aides proposées par la personne malade, les horaires serrés, l’angoisse de savoir si tout s’est bien passé, le retour avec des reproches… aboutissent fréquemment à lâcher le projet. Alors, comment faire ?

Ces moments de ressourcement peuvent être vécus à deux, pour les deux, ce qui est très différent d’encore s’occuper de l’autre en s’oubliant soi-même !

Malade et aidant en ont autant besoin, et même si c’est le proche qui initie ces instants et les explique, il va en bénéficier aussi. Ces moments doivent être courts mais profondément ressentis. Ils pourront servir de « soupape » après un épisode difficile, ou se vivre de façon rituelle. Il s’agit de choisir ce qui correspond le mieux aux deux, mais la respiration ne doit jamais être mise de côté !

Se ressourcer implique d’abord et toujours de respirer : le souffle, c’est la vie ; automatique, il est oublié, « coupé » lors de situations délicates, « accéléré » par la peur.

  • S’assoir l’un en face de l’autre, confortablement, et commencer par soupirer et souffler, même en faisant du bruit ! Puis, inspirer en montant les bras, expirer en descendant les bras. L’imitation va se mettre en route ! Faites cela une dizaine de fois. La respiration va induire une détente.

Se ressourcer implique de se toucher : ce type de toucher se fait en conscience et n’est pas le toucher utilisé pour habiller quelqu’un ou prodiguer des soins.

  • S’assoir l’un en face de l’autre, et se prendre les mains paume contre paume. Remonter jusqu’au coude par pressions successives et redescendre. Faites cela une dizaine de fois.

Se ressourcer implique de rire : c’est la meilleure façon de libérer en soi des substances relaxantes sécrétées par le cerveau, les endorphines.

  • Avoir à sa disposition un DVD de comique muet (Charlot, Buster Keaton…) ou un DVD de sketches d’un comique aux mimiques drôles.

Se ressourcer implique de bouger : le mouvement va connecter le corps et mettre de côté les idées anxieuses.

  • Lever les bras, taper des pieds, tourner la tête, se pencher en avant etc. suivre son proche qui déambule ou mieux faire une promenade qui convient aux deux (et qui ne demande pas négociations épuisantes et anxiété tout du long, et fatigue au retour…). Exemple : faire le tour d’un square en regardant les fleurs ou marcher dans une rue en profitant de l’ombrage des arbres…
  • Pourquoi ne pas esquisser un pas de danse pour ceux qui ont aimé cela ? La mémoire des pas de danse est très peu touchée et le toucher entre aussi en jeu…

Se ressourcer implique de se poser agréablement :

  • S’assoir sur un banc ou chez soi : respirer, regarder et profiter de l’instant. Au domicile, partager un air de musique, allumer une bougie ensemble, déguster une douceur, être dans une belle lumière.

Se ressourcer implique de partager de belles choses : le beau parle à tout âge et lors de toutes les pathologies. Il comble et émerveille.

  • La photo d’un paysage aimé, d’un tableau évocateur, un joli poème, un conte peuvent vraiment faire rejoindre son essentiel.

Se ressourcer, c’est donner libre cours à vos idées, pour vous…

  • Faire un jeu, décorer, revoir des photos, etc.

Oui, se ressourcer à deux, c’est possible, bénéfique et simple !

Même chez ceux qui peuvent avoir des vécus séparés grâce à des activités pour le proche aidant et la personne malade, il est fortement conseillé de se rejoindre dans ces moments qui maintiennent un lien profond tout en procurant un bien-être immense.

Cet article vous a-t-il semblé utile ?

UTILE ()

aidant a trouvé cet article utile
Un avis sur cet article ? Un conseil à partager ?
Venez en discuter avec les membres de la communauté
Ils en parlent sur le site
LES ARTICLES EN RELATION
LES DISCUSSIONS EN RELATION
    Les questions en relation
    Poser une question

    Vous avez besoin de conseils sur un sujet précis ? Les aidants de la communauté sont là pour vous aider

    Merci votre question a bien été enregistrée.

    Elle sera publiée afin d'etre visible par les autres membres de la communauté.

    Nous espérons que ceux-ci pourront vous apporter les réponses dont vous avez besoin