J’ai été proche aidant(e)

avatar badge

UTILE ()

Article rédigé par Florence Leduc, Présidente de l'Association Française des AIDANTS, Lundi 9 juillet - mis à jour le Mercredi 11 juillet Consulter son profil complet

Si les proches aidants ont longtemps été dans l’invisibilité, on en parle aujourd’hui de plus en plus et un nombre croissant de dispositifs et d’actions sont mis en place à leur attention. Plus rarement, on s’adresse à celles et ceux qui ont été en situation d’aidant, et pourtant…

Une expérience qui change une vie

Accompagner au quotidien un proche touché par la maladie, le handicap ou à la dépendance est tout sauf une expérience anodine. Elle est parfois bouleversante tant elle peut reconsidérer les liens, le quotidien, les valeurs, les priorités. C’est à la fois une expérience difficile, qui peut coûter beaucoup à différents niveaux, mais c’est aussi une expérience dans laquelle il est aussi possible d’apprendre, de grandir, de se développer.

Un passage parfois complexe

L’après ne se conjugue pas forcément avec le décès du proche. Il peut aussi s’agir d’une amélioration de la situation de santé, du moment où le proche part vivre dans un établissement d’accueil. L’après peut aussi signifier une période de vie dans laquelle il n’est plus possible d’accompagner, pour des raisons de santé ou pour d’autres raisons qui appartiennent à chacun.

Bien évidemment, chacune de ces situations a des résonances différentes, mais elles ont peut-être un point commun : le vide.

Accompagner un proche est une expérience souvent intense du point de vue émotionnel, relationnel, physique même parfois, qui prend beaucoup, voire énormément, de place au quotidien. Il peut y avoir des moments où l’on se projette libéré de ce rôle tant il est devenu lourd, tant il peut être difficile d’être confronté à la maladie ou à la dépendance d’un proche, des moments où on aimerait retrouver l’équilibre d’avant.

Néanmoins, le moment où cela se produit n’est pas forcément simple à vivre, à plus forte raison lorsque cette expérience croise celle du deuil suite au décès du proche. Du trop, on passe tout-à-coup au vide. Il y a aussi parfois le contrecoup, après avoir tenu tant et tant, des mois, des années durant, on lâche. Et parfois, c’est aussi un soulagement, un sentiment de quiétude et de liberté retrouvées, enfin. Ça peut-être un peu, ou beaucoup, de tout cela.

Ce n’est donc pas anodin d’être proche aidant, et ça ne l’est pas non plus de l’avoir été ! C’est un nouveau quotidien, et peut-être parfois aussi une nouvelle identité, à apprivoiser. Cela peut prendre du temps, être sensible voire douloureux.

Etre accompagné(e) ?

Certaines actions, comme les Cafés des Aidants, sont ouvertes aux personnes qui ont été aidantes. Il est aussi possible de bénéficier d’un soutien individuel, parfois plus adapté lorsque les douleurs sont encore vives. Vous pouvez vous renseigner auprès :

Pour voir si un Café des Aidants est proposé près de chez vous, consultez le site Aidants.fr

Partager son expérience ?

Quand on a été aidant(e), naît parfois l’envie d’être présent(e) pour d’autres personnes vivant cette expérience, de les soutenir et de les guider. Certaines personnes ayant été proches aidantes peuvent même aspirer à faire de l’aide ou du soin leur métier !

Ces engagements peuvent être une façon de donner du sens, de s’inscrire dans une démarche de résilience. Ils nécessitent néanmoins de la distance et du recul, car il ne s’agit pas de revivre à travers les autres sa propre expérience, d’aider les autres comme on aurait voulu être aidé (ça dépend de chacun !), de réparer ou de régler des comptes. C’est une posture d’équilibre : se nourrir de son expérience et la mettre à disposition, tout en laissant à chacun la possibilité de vivre la sienne.

En outre, être bénévole ou professionnel implique aussi la mobilisation de compétences dans un cadre donné. Pour cela, un parcours de formation est le plus souvent souhaitable voire nécessaire.

L’art est aussi une façon de partager son expérience : mettre en mots, en images, en couleurs, en musique ce que l’on a vécu peut aussi être pour certains une voie de sens et de partage !

Tourner la page ?

D’autres personnes ayant été en situation d’aidant peuvent tout simplement aspirer à tourner la page, à passer à autre chose, à se recentrer, à se retrouver, à se reposer et à se relancer sur de nouveaux projets.

Il y a tout autant de façons d’être aidant(e) qu’il existe de proches aidant(es) et c’est aussi vrai pour l’expérience d’avoir été dans cette situation ! Cela appartient à chacun et aucune règle n’est possible en la matière. C’est un chemin intime, que l’on peut souhaiter ou non, emprunter ou partager.

A lire aussi :

 

Mots clés : Etre aidant
Cet article vous a-t-il semblé utile ?

UTILE ()

aidants ont trouvé cet article utile
Un avis sur cet article ? Un conseil à partager ?
Venez en discuter avec les membres de la communauté
Ils en parlent sur le site
LES ARTICLES EN RELATION
LES DISCUSSIONS EN RELATION
    Les questions en relation
    Poser une question

    Vous avez besoin de conseils sur un sujet précis ? Les aidants de la communauté sont là pour vous aider

    Merci votre question a bien été enregistrée.

    Elle sera publiée afin d'etre visible par les autres membres de la communauté.

    Nous espérons que ceux-ci pourront vous apporter les réponses dont vous avez besoin