Lorsqu’un proche plus âgé souffre d’une maladie neuro dégénérative, comment s’y prendre avec les plus jeunes ?

Maintenir les liens entre les générations et continuer à les tisser patiemment au cours de l’aventure de la vie : voici qui représente un véritable challenge lorsque la dynamique familiale se trouve confrontée à une maladie neurologique évolutive. Et cela concerne autant les liens au domicile ou dans une structure d’accueil (type EHPAD). Les générations concernées sont souvent au sein d’une même famille (grands-parents, oncles et tantes), mais également en proximité habituées à partager un quotidien (voisin, parrain, marraine, etc.). Le plus jeune devient l’observateur des modifications engendrées par la maladie et cela bouscule les références habituelles : paralysie, perte de la parole post AVC, tremblements, chutes avec difficultés à la marche dans la maladie de Parkinson, somnolence et endormissements dans la maladie à corps de Lewy, troubles de mémoire avec questions répétitives et oublis dans la maladie d’Alzheimer… La liste est longue, sans oublier les troubles du comportement avec réactivité, désinhibitions,…
Maintenir les liens entre les générations et continuer à les tisser patiemment au cours de l’aventure de la vie : voici qui représente un véritable challenge lorsque la dynamique familiale se trouve confrontée à une maladie neurologique évolutive. Et cela concerne autant les liens au domicile ou dans une structure d’accueil…
Expliquer la maladie d’Alzheimer aux plus jeunes
High angle view of happy man playing with boy while sitting on sofa at home

Expliquer la maladie d’Alzheimer aux plus jeunes

Les petits se sentiront vite perdus s’ils voient leur proche changer sans qu’on leur dise pourquoi. Voici quelques pistes pour leur faire comprendre cette pathologie complexe d’une façon adaptée à leur jeune âge et à leur statut de petit-enfant. « Dis, c’est normal que grand-père me demande toujours la même chose ? » ; « Pourquoi Mamie ne se souvient plus de mon prénom ? » ; « C’est ma faute si grand-mère s’énerve ? » Inévitablement, les questions se bousculent dans la tête des enfants quand ils sont confrontés aux changements de comportement d’un parent atteint par la maladie d’Alzheimer. Comment réagir ? Pas de tabou ! Dans l’intention de préserver votre enfant, vous pouvez être tentés de nier la réalité en évitant de lui répondre ou en faisant comme si de rien n’était devant lui. Attention ! En l’absence de vos explications, il risque de mal interpréter la situation et de réagir de façon inadéquate : sentiment d’exclusion, désorientation, culpabilité, rancœur, détachement… Soyez…
Les petits se sentiront vite perdus s’ils voient leur proche changer sans qu’on leur dise pourquoi. Voici quelques pistes pour leur faire comprendre cette pathologie complexe d’une façon adaptée à leur jeune âge et à leur statut de petit-enfant. « Dis, c’est normal que grand-père me demande toujours la même chose ? » ;…