Léo Pop

11 décembre 2020

Aidants à domicile  

Bonjour, 

Je suis actuellement dans une situation qui me semble complexe et nous nous sentons bloqués. 

J'aimerai vous partager mon témoignage, ne serait-ce que parce que cela fait du bien d'en parler et de se sentir moins seuls (merci à vous tous pour vos témoignages sur ce forum qui sont d'un grand réconfort, malgré ces situations difficiles..)

Alors voilà, notre histoire commence il y a 7 ans, lorsque mon compagnon quitta vie sociale, emploi et appartement à la demande de sa grand mère, son seul parent restant, pour venir vivre avec elle après la mort de son mari, refusant la solitude .

Ils étaient installés dans un appartement appartenant à la sœur de mon compagnon, convenant mieux à une personne âgée, tandis que sa sœur et sa famille occupait la maison familiale en échange. Seulement voilà, après faillite, l'appartement est vendu aux enchères, et mon homme et sa grand-mère se retrouvent à vivre avec la sœur, son mari, ses quatre enfants (mon compagnon dormais dans un '' placard '', un peu comme harry Potter !). 

Un ans plus tard, ma belle sœur décide de fuir la situation et déménage, voyant sa vie entière '' vampirisée '' par la dépendance de grand mère. 

Grand mère très inquiète nous somme de rester vivre avec elle. Moi étant enceinte, nous cherchions un endroit pour fonder notre famille, et pensions pouvoir nous occuper d'elle et '' profiter '' d'une maison avec jardin pour nous épanouir et économiser quelques temps .

Aujourd'hui la situation est très toxique pour nous tous. Grand mère perds très vite son autonomie et sa tête, est très intrusive avec mon enfant et mon couple, nous mène une vie infernale à coup de menaces / demandes excessives, manipulation sur la culpabilité de '' l'abandonner '' si nous partions. 

Elle refuse de quitter son domicile pour un endroit plus adapté, refuse de faire les travaux nécessaires à son maintien à domicile , refuse les soignants et aidants lorsqu'ils se présentent, jette les documents et papiers pour les démarches d'aide à domicile, et j'en passe.. 

Nous sommes épuisés, '' vidés '', ses enfants se reposent sur nous et ne nous soulagent que très rarement (ce qui est déjà mieux que rien). Dans un dernier recours nous avons décider de reprendre nos emplois et partir le plus vite possible, laissant place à la culpabilité de la laisser derrière, faute d'avoir pu l'aider correctement.

Nous subissons des pression de l'entourage pour rester '' le plus longtemps possible '' à son domicile, car ils ne veulent pas prendre de décisions à sa place, et pour eux nous sommes une surveillance et aide 24/24 gratuite. (quoique on nous traite de '' parasite '' car nous habitons de ce fait chez elle..) 

Je passe sur nos soucis de santé, physique et mentale qui se dégrade alors que nous n'avons pas 30 ans !

Je compte délégué mon histoire à une assistante sociale une fois partie d'ici, j'ai très peur qu'il nécessite un drame pour que sa famille soit obligée de s'en occuper, et cela m'empêche souvent de dormir (ainsi que mamie dans les  escaliers trois fois par nuits), et de prendre du temps pour moi, et mon nouveau né. 

Je sais que mon témoignage peu paraître un peu sombre, car épuisée je ne suis plus aussi optimiste que d'habitude. 

J'espère le mieux pour nous tous, et culpabilise beaucoup de ne plus pouvoir l'aider autant depuis que je suis maman, et du stress que cela provoque chez mon compagnon. 

Est il possible de '' forcer '' une personne âgée à vivre en maison de retraite ou autonomie, et comment cela peut-il se faire ? Je suis convaincue qu'à ce stade de dépendance elle ne peux plus rester seule chez elle.. 

 

 

13+
Réponses
3 messages de membres xx messages d'experts
Isabelle Charret
Isabelle Charret 13 décembre 2020

Aidants à domicile  

Bonsoir,

 

Cela a du vous faire du bien de pouvoir mettre noir sur blanc le déroulé dans le temps de cette aventure, ses étapes et son aboutissement générant de vraies questions pour la grand mère et votre famille.

 

Vous avez fait bien, avec générosité, pensant que c’était une bonne solution de partager son lieu de vie afin de lui offrir une présence dans sa solitude, pour votre compagnon de laisser tomber sa vie sociale et professionnelle, et d’accueillir un petit enfant. Vous ne devez pas perdre de vue que cet engagement est parti d’un désir de partage et que ça marché pendant un moment : jusque là, pas de problème. Seulement le temps a passé pour elle et a apporté un vieillissement nécessitant de plus en plus de présence, d’aide : c’est là que le grain de sable (un peu plus gros qu’un grain de sable a « grippé » la machine, entrainant des dysfonctionnements ; Pourquoi ? Vous avez fondé une famille et un petit nourrisson a énormément besoin de sa maman, vous n’êtes pas professionnels de l’aide spécialisée à apporter à des personnes en perte d’autonomie : votre passage auprès de cette grand mère a fait son temps et ce n’est plus possible de le prolonger.

Ce n’est pas plus difficile que ça, mais il faut calmement pouvoir le dire sans culpabilité, surtout au regard de ce que vous avez fait avant pour elle. Il faut avoir la force d’accueillir le jugement et le regard des autres sans que cela entame votre trajectoire… Il s’agit de vous, de votre avenir : on ne vit qu’une fois…

 

Vous le savez, un drame se produira (pour elle, votre couple, vous-mêmes, votre bébé) si vous n’avancez pas dans cette direction qui vous dicte que ce n’est plus possible. Une assistante sociale vous guidera à trouver pour elle, des aides à domicile qui ne règleront pas le problème des nuits agitées ; puis, un accueil temporaire, dit de répit, afin qu’elle se fasse à cette situation et que vous récupériez. Le médecin de famille constatera la situation évaluera s’il peut l’aider à dormir et verra combien vous n’en pouvez plus l’un et l’autre. Cela se construit progressivement bien sûr, pas à pas. Il ne faut pas perdre de vue que c’est mieux pour cette dame qui perd son autonomie. La situation actuelle qui n’est pas sereine doit la tourmenter et elle l’exprime de façon inadéquate.

 

Si le reste de la famille vous met « des bâtons dans les roues », vous n’aurez plus le choix que de vous affirmer encore plus : tant que vous pliez, on ne vous prend pas au sérieux.

Dans la vie, il est courant qu’on essaie de se lancer dans quelque-chose, puis qu’un changement oblige à changer de direction : quel mal y a t’il à cela surtout lorsqu’on prend en compte le mieux pour chacun ? Ne vous laissez pas « acheter » par la question pécuniaire : vous perdriez toute crédibilité.

 

Une nouvelle page s’écrit : votre histoire à vous.

 

Bon courage

13+
Annie Ludinard
Annie Ludinard 15 décembre 2020

Aidants à domicile  

Bonjour,

Merci pour ce témoignage qui éclaire bien les différents ressentis que peuvent vivre les aidants dans ce genre de situation. Comment faire pour se préserver, préserver sa famille et en parallèle de ne pas avoir le sentiment d'abandonner son proche et de s'inquiéter de son avenir ? On se sent responsable de la personne et quand la situation n'est plus gérable, la culpabilité s'en mèle souvent.

Les histoires de famille sont toujours complexes et comme vous le dites très justement, lorsqu'un membre de la famille s'investit auprès d'un parent âgé et s'occupe de son quotidien, soyons clair, cela arrange bien les autres aidants potentiels.

Aujourd'hui, vous réalisez que vous ne pouvez pas continuer comme ça car vous avez votre propre famille à préserver et que l'épuisement de votre compagnon se fait sentir.

Pour répondre à votre question. Non, vous ne pouvez pas forcer une personne âgée qui a « toute sa tête » apparemment à vivre dans un ehpad.

En revanche, vous pouvez organiser une réunion avec les autres membres de la famille et voir ce qui pourrait être envisagé. Il faut aussi qu'ils se responsabilisent ! S'il y a des réticences, vous pouvez aussi demander une médiation familiale. Elle peut être organisée par un médiateur ou une association de médiation familiale. Vous trouverez sur le lien suivant toutes les informations pour la mettre en place :

https://www.justice.fr/m%C3%A9diation-familiale

 

N'oubliez pas aussi que (si ne c'est pas le cas) vous pouvez demander l'APA pour la grand mère de votre compagnon au conseil départemental. Après évaluation, des heures et un montant lui seront attribués et ils peuvent vous orienter vers une structure d'aides à domicile. Cette allocation permet de mettre en place des aides à domicile pour lui permettre de l'aider au quotidien. La grand-mère refuse toute aide mais il faut parfois forcer un peu les choses au risque de perdre soi même sa santé physique et mentale. Prendre soin d'une personne, oui, mais pas au détriment de sa propre vie. Il faut trouver un équilibre pour que l'accompagnement puisse se faire dans la durée. Chacun doit y mettre un peu du sien !

J'espère que ces informations et conseils vous permettront de trouver une solution acceptable pour tous.

N'hésitez pas à me faire un retour. Je vous souhaite plein de courage. A bientôt sur aidonslesnotres.

 

Annie

13+

Léo Pop

15 décembre 2020

Aidants à domicile  

Bonsoir et tout d'abord merci beaucoup de vos réponses éclairées !

Aujourd'hui un peu plus sereine car nous avons aménager l'espace du rez de chaussé avec une chambre pour mamie afin que les escaliers ne soient plus un danger (quoique la salle de bain reste à l'étage..).

Je me rends bien compte en me relisant que fatigue et émotions me font souvent prendre les choses très à cœur, il est pourtant très simple et cela coule de source que nous devons partir et laisser place à des professionnels, comme prévu depuis notre emménagement il y a un peu plus d'un an.. 

Nos intentions ne sont pas financières, bien que nous avons pu économiser quelques temps, pour faciliter notre départ.

J'ai effectivement demander un dossier APA, nous avons toutes les informations pour faire intervenir des professionnels, seulement mamie refuse toujours.. Nous souhaitons bien entendu son maintien à domicile dans le meilleur des cas , et sommes un peu perdus quand la famille évoque l'ephad..

Je n'avais pas eu ce recul de comprendre que depuis ma maternité effectivement je ne lui consacre plus autant d'attention, ainsi que mon compagnon ayant repris son emploi.

Cela m'as fait du bien de pouvoir en parler et dérouler le fil , car il y a des bons comme de mauvais moments, et je pense que nous avons tous du mal à voir notre grand mère perdre son autonomie, prendre des décisions irrationnelle, alors qu'elle a toujours été très présente pour nous. Nous ne pensions pas que cette cohabitation generationelle deviendrai autant problématique, du moins aussi vite, mais vous avez raison, il est temps pour nous de nous occuper pleinement de notre nouvelle famille et d'espérer pouvoir mettre en place le maintien à domicile de mamie.. 

C'est pour l'instant pas facile de lui faire accepter que l'on vas lui trouver des aides, car elle n'en veux pas et en a pourtant besoin, mais bon on ne change pas une mamie têtue ! Nous allons surtout changer notre façon de faire et nous affirmer en préparant au mieux notre départ pour elle.

Je vous remercie encore chaleureusement de vos réponses ! 

Eleonore 

 

 

13+

Merci de vous connecter pour participer à la discussion

Discussions en lien

Pas d'autres discussions en relation.

Évènements à venir

tout voir

Du 04/12/2020 au 14/01/2021

Soyez acteur de la société de demain en participant au Colloque "Le Grand Âge, débats de société et enjeux politiques"!

En visioconférence
En savoir plus

Le 31/05/2021

Recherche : des conférences pour faire le point sur la maladie d’Alzheimer

Bordeaux
En savoir plus

Du 17/12/2020 au 27/02/2021

Vivez ou revivez en replay les 14es Rencontres France Alzheimer et maladies apparentées !

En ligne
En savoir plus

Pourquoi s’inscrire sur Aidons les nôtres ?

  • L’inscription vous permet d’accéder à de nombreuses informations sur la dépendance et d’interagir avec d’autres membres.
  • Vous avez également la possibilité de contacter des experts.
  • Simple et rapide, gratuite et totalement confidentielle, l’inscription respecte votre vie privée.
  • Vous pouvez obtenir plus d’informations en consultant les conditions générales d’utilisation.
13+