MimiVillars

MimiVillars

3 avril 2022 23:46

Dépression de l'aidant après le décès  

Bonjour,

Je ne sais pas si je pourrais trouver des réponses à mes questions. J'ai été aidant familial de ma mère depuis plus de 10 ans. J'ai 2 frères, lors de son ambolie pulmonaire, l'un m'a culpabiliser de ne pas être présente lorsqu'elle se sentait malade, je suis restée avec elle jusqu'au bout de sa vie. Elle s'est remise de son ambolie mais ensuite elle a éprouvé des difficultés à marcher, donc à monter les escaliers où elle habitait. J'ai revendu mon appartement pour chercher une maison de plain pied, bien sûr plus cher avec une chambre en plus. Je précise que je suis célibataire. J'ai encore subi des réflexions quand j'ai pris 2 semaines de congés en la laissant, mais elle a toujours eu toute sa tête et savait se débrouiller. Le seul souci était la chute. Je comptais sur mon autre frère en cas de problème. 

Elle est décédée récemment et c'est un grand vide pour moi, mon frère qui m'avait culpabilisé a appris par sa belle-soeur que ma mère avait été fachée qu'il ne vienne jamais la voir, lui et sa femme se sont fachés contre moi alors que ma mère n'était pas encore enterrée. Cela m'a terriblement blessée, j'avais été tellement forte pendant tout ce temps, pour garder un travail qui puisse me garantir un salaire correct, j'ai sacrifié ma vie sociale, j'ai tenté d'être aussi forte pour m'occuper de tous les papiers, l'enterrement, le rangement... J'ai craqué et fait une tentative de suicide car je n'en pouvais plus et j'ai été bouleversé par sa disparition rapide et le manque de soutien de mes 2 frères. Désormais je ne suis plus du tout forte et cela me pèse.

Je me retrouve désormais seule, et je suis maintenant en phase de colère vis-à-vis de ma famille qui ne comprend pas les sacrifices que cela a pu engager. Même un de mes frères ne m'appelle pas pour savoir comment je vais. C'est un peu comme si j'étais en colère sur le bonheur social dont ils ont profité, fonder une famille, oublier ma mère et m'oublier également. Mais si c'était à refaire, je le referai car ma mère était une personne magnifique et qui a travaillé dur toute sa vie pour que ses enfants puissent faire des études. 

J'aimerais avoir des retours sur des personnes qui comme moi ont subi cette déprime "post-aidant", ou on ne sait plus vers quoi aller, ou se positionner dans la vie, que faire jusqu'à se demander si ce ne serait pas plus facile de suivre la personne que l'on aidait. Il s'agit comme d'un grand vide et une grande colère en même temps. Mon énergie a totalement disparu et j'ai peur de ne plus la retrouver. 

Merci pour vos recommandations. 

Michelle

0
Réponses
9 messages de membres 5 messages d'experts
julien74

julien74

4 avril 2022 21:55

Dépression de l'aidant après le décès  

Bonjour MimiVillars,

Votre témoignage me touche car je suis passé par là suite au décès de celle que j'ai accompagnée jusqu'au denier souffle. Le vide est énorme et normal puisqu'on passe d'une charge très lourde à ... plus rien du tout. Je pense que seuls ceux et celles qui ont connu cette situation peuvent vraiment comprendre. Pour m'aider, entre autres, il y a la petite voix de ma proche qui continue à me parler, elle m'a dit à ce sujet "je suis très fière de tout ce que tu as fait mais maintenant prends soin de toi, ne te laisse pas aller, sinon à quoi ont servi tous tes sacrifices, si tu ne reprends pas le flambeau ?"

Alors entourez-vous le plus possible de personnes bienveillantes, parmi vos amis, vos voisins, au travail, dans des associations (je n'ai pas parlé de famille, hein). Sortez, faites de l'exercice et l’envie devrait doucement reprendre le dessus. N'hésitez surtout pas à consulter un médecin à l'écoute et à chercher un soutien psychologique si l’amélioration se fait attendre.

Voilà, je pense que tout va maitenant bien se passer puisque vous êtes déjà venue en parler ici, et de plus votre "phase de colère" me semble très positive .

Bien à vous,

Julien.

1
MimiVillars

MimiVillars

4 avril 2022 22:48

Dépression de l'aidant après le décès  

Bonsoir,

Merci Julien, ce que je retiens c'est que ma mère n'aurait pas voulu que je sois dans cet état. Je dois m'accrocher à cela dans les mauvais moments sinon elle serait déçue. J'ai aussi très peur que le vide soit permanent et que le bonheur ne soit plus possible. Tristesse, colère, peur, cela fait beaucoup trop en une seule fois. Je ne veux surtout pas finir aigrie. 

Je vais certainement rechercher un soutien psychologique mais difficile de faire le choix, il y a des psychologues de partout même dans des petites villes. Comment faire le bon choix ? 

Amicalement.

Michelle

0
julien74

julien74

5 avril 2022 10:25

Dépression de l'aidant après le décès  

Bonjour, effectivement le choix d'un.e psychologue est important. Après le bouche à oreille, les réseaux sociaux, je ne vois pas d'autre solution ici que d'essayer jusqu'à trouver un soutien efficace et qui vient en complément d'une vie sociale retrouvée.

Bonne journée à vous.

1
Isabelle Charret Médecin gériatre 6 avril 2022 9:16

Dépression de l'aidant après le décès  

Bonjour,

 

On peut dire que votre question reflète une grande lucidité et contient déjà beaucoup de réponses.

Premier pas : vous accepter dans tous vos ressentis, les estimer plus que légitimes et les valoriser ! Eh ! Oui ! Ce que vous avez décidé de vivre à un point de votre vie, de faire, de partager, de donner n’est pas offert à tout le monde. Il est plus simple de dénigrer que de « s’y coller » …

 

Votre énergie a complètement disparu ? C’est la conséquence inévitable d’un accompagnement complet, aux petits soins ainsi que de blessures de jugements et d’une déconsidération. Le fait de ne pas être pris en compte, respecté pour ce qu’on a fait équivaut à vous nier en tant que personne. Cet épuisement fait le lit de la dépression au sens d’un effondrement au fond de soi : alors, vous faites une tentative pour vous supprimer tout à fait, et vous écrivez qu’ « il serait plus facile de suivre la personne que vous avez accompagnée ».

N’avez vous pas envie de continuer à penser aux choix que « vous referiez si c’était à refaire ? », aux moments humainement valorisants que vous avez vécus avec votre maman ? C’est votre vie, avec des renoncements (mot préférable à celui de sacrifice), certes, mais c’est là, posé devant vous. Comment ceux qui sont avares de sentiments ou d’autres choses, peuvent comprendre ceux qui sont généreux ? Il est déraisonnable de se battre sur ce sujet, mais plus vous serez sereines face à leurs attaques, plus vous aurez une petite chance qu’ils ouvrent un jour leur cœur !

 

Vous devez exprimer à quelqu’un de neutre ce qui vous étouffe : les groupes d’aidants sont mis en place pour cela. Vous devriez en trouver un près de chez vous, ou bien des entretiens en ligne existent à présent. Les médicaments anti dépresseurs sont utiles pour passer un cap, mais c’est tout. Vous êtes dans une phase dite réactionnelle à une situation, mais vous êtes forte !

 

La déprime post aide est bien identifiée : elle est générée par l’épuisement physique et psychique évoqué ci-dessus, mais aussi par un vide qui donne le vertige. Vous êtes comme au bord d’un cratère qui a été rempli par votre vie conjointe, et tout d’un coup, une partie s’écroule. Le problème est qu’une partie de vous, très liée s’écroule avec et qu’une autre partie reste au bord à contempler le vide. La relation d’aide vous/votre maman n’existera plus. C’est un deuil à effectuer. Ayez le courage de vous en détourner pour diriger vos pas vers autre chose de différent qui donne aussi le vertige car pas habituel. Vous préféreriez avoir les encouragements de vos frères ? C’est humain. Il vous faut trouver d’autres soutiens, même extra familiaux.

 

L’épuisement, l’incompréhension, puis la colère sont des étapes du processus de deuil avant de déboucher sur une acceptation et une sérénité (voir références ci-dessous).

 

On peut dire que votre tâche de vie est loin d’être terminée, n’est-ce pas ? Relevez vous fièrement, soyez soutenue avant de créer un autre paysage qui vous environnera, plus libre cette fois.

 

Merci pour ces témoignage et question, vous n’êtes pas seule à vivre cela,

 

 

 

0
Isabelle Charret Médecin gériatre 6 avril 2022 9:22

Dépression de l'aidant après le décès  

 
 
0

Cathy88

10 novembre 2022 18:35

Dépression de l'aidant après le décès  

Bonjour,

Je me reconnais dans votre message. Je me suis occupée de ma mère depuis des années. Je vivais avec elle. Elle est décédée le 18 mars dernier. J'ai du aussi quitter le logement où je vivais avec elle.

Dans ma famille j'ai des personnes proches et moins proches. J'ai l'impression que maintenant que la plupart des démarches sont faites, je me sens seule. Je me demande ce que je dois faire chaque jour. Beaucoup de mes relations étaient les infirmières, kiné... Autant d'année de relations qui sont partis au même moment que ma mère m'a quitté.

Je me dis souvent pourquoi continuer. J'ai 47 ans et je n'ai pas la sensation que quelqu'un me comprenne. Mes soeurs et frères ont reprit leur vie. Je n'ose pas parler du manque de ma mère. Avec les fêtes de fin d'années c'est compliqué. Je les organisais à la maison mais je n'ai pas le courage cette année. Ma soeur prend la relève.

Je suis épuisée, je n'ai que l'envie de rester coucher et de disparaitre car rien ne me retiens aujourd'hui. Je sais que ma mère ne voudrait que je le pense, mais c'est ce que je ressens. Je ne dors pas. 

J'ai l'impression de déranger les personnes. Je ne sers plus à rien.

Merci de votre aide.

0
Philippe_38230

Philippe_38230

13 novembre 2022 14:37

Dépression de l'aidant après le décès  

Bonjour MimiVillars,

J'espère que depuis vous avez pu vous apaiser et surmonter cette période douloureuse. Je viens de lire votre témoignage, et celui-ci reflète une situation analogue à celle que personnellement j'ai vécu.

Malheureusement comme vous l'avez décrit, de nombreuses personnes ne comprennent pas cette position d'accompagnant, soit par indifférence, soit par individualisme aussi qui dans notre société ne valorise pas (ou si peu) cette attitude d'aidant, voire la dénigre et la suspecte d'un intéressement malsain. Et bien que les choses bougent en partie grâce à des associations et des site dédiés aux aidants, les à-priori, les attitudes de suspicion, etc. ont comme le dit "la dent dure", au passage merci à tous ceux qui œuvre en faveur des accompagnants.

De fait, en ce qui vous concerne vous avez eu le sentiment d'être incomprise, d'avoir manqué de considération et de soutien de la part de vos proches, et vous en êtes arrivé à cette colère que vous avez retournée contre vous, cela est compréhensible car vous avez réagi à la situation passée. Cependant, aucun reproche ne peut vous être fait, vous avez agi avec le cœur et c'est ce qui importe, votre maman a certainement apprécié votre présence auprès d'elle, et vous seule avez ce lien précieux d'Amour qui reste entre elle et vous, pensez-y!

J'ai accompagné ma maman pendant plus de 20 ans, et cela ne pas valu que des compliments de l'entourage, ni un véritable soutien. Outre le fait que s'occuper de ses parents est apparenté à une tare pour certains, voire des moqueries au travail et des proches m'ont en effet souvent jugé négativement et lancé des réflexions blessantes comme le fait d'avoir raté ma vie à cause d'elle, de n'être finalement qu'un pauvre type !

Pour ma part, tout au long de ces années je n'ai pas culpabilisé, j'ai laissé ceux qui pensaient différemment et mené ma vie comme j'ai pu, j'ai le sentiment d'avoir fait ce qui fallait faire au moment où il le fallait, avec bienveillance, remerciement, amour et humanité, je pense sincèrement que nous avons eu une vie tout à fait correcte ensemble. Bien sûr, avec le recul certains choix auraient pu être faits différemment mais on ne peut réécrire l'histoire, juste la relire et en tirer le meilleur.

Concrètement je n'ai pas sombré suite à son décès, le sentiment de satisfaction d'avoir toujours cherché à faire pour le mieux m'a permis de surmonter ma peine, après quelques mois je me suis engagé comme bénévole pour faire l'accueil des endeuillés et les cérémonies de funérailles, cela a duré quelques années tout en me formant à diverses disciplines puis j'ai profité du confinement de 2020 pour mettre mon expérience "de terrain" en créant un petit site internet sur le deuil, ce qui m'a fait du bien et donné un certain sens au choses que l'on ne maîtrise pas.

Comme vous le conseille Isabelle Charret dans son message, les groupes d’aidants peuvent être d'une grande aide, de même que certaines pratiques telles que l'écriture. Sachez que le temps d'accompagnement n'est pas du temps perdu. Gardez confiance en vous, en votre valeur face à l'adversité et persévérez, vous trouverez surement le chemin de l'apaisement.

Cordialement,

Philippe

1
Isabelle Charret Médecin gériatre 14 novembre 2022 15:58

Dépression de l'aidant après le décès  

Bonjour Cathy,

Votre témoignage est touchant mais certains aspects interpellent d’où la réponse.

Touchant car c’est toujours formidable de savoir que des personnes sont solidaires de leur proche, font tout ce qu’elles peuvent (comme le dit Philippe qui a donné son temps pendant 20 années).

Interpellant car, contrairement à ce qu’exprime Philippe (et ce n’est en aucun cas un jugement, chacun étant dans la richesse de sa propre vie), vous ne vous complimentez pas, vous n’êtes pas nourrie de la satisfaction profonde et légitime d’avoir été là et bien là pour votre maman. Vous ne dites pas que vous avez mal fait, mais vous ne dites pas non plus que vous avez très bien fait. Les mots de Julien sont beaux aussi.

Rassurant car vous laissez votre sœur prendre la relève pour les fêtes et que vous partagerez ce moment qui sera émotionnel pour vous.

Normal car le deuil surtout lorsqu’il est l’absence de quelqu’un dont on partageait la vie est un processus complexe et qu’il faut passer par des étapes bien codifiées. Prenez le temps de lire les ouvrages et de regarder les conférences Youtube de Christophe Fauré sur ce sujet. Il est d’une bienveillance et d’une pertinence absolue. Le livre et les interviews de Delphine Horvilleur (« Vivre avec nos morts ») sont magnifiques. Cela vous épaulera considérablement.

Un seul point est inquiétant tout de même : « Je n’ai que l’envie de rester au lit, je suis épuisée, je ne dors pas… ». Votre organisme est physiquement et psychiquement à plat. Cela arrive souvent et vous avez grandement besoin d’un soutien médical et psychologique pas pour vous assommer ou vous « « droguer », mais comment pourrez vous faire des efforts pour aller mieux si les batteries sont vidées ? Choisissez le médicament qui booste, soit traditionnel, ou des oligo éléments ( multivitamines, magnesium) ou des médecines alternatives mais il faut vraiment vous faire remonter. Ce deuil est un traumatisme et ça se soigne comme tel.

Oui, il faut du soutien pour se recréer une identité nouvelle : vous-même qui êtes devenue une personne endossant un autre rôle que celui de la fille aidante : quel vertige ! C’est de cela que découle la sensation de vide, de précipice. Mais non, tournez le dos et vous verrez la terre , le chemin : empruntez le, essayez en les différentes branches.

En acceptant d’être aidée à votre tour, vous allez y arriver : c’est ce que votre maman aurait souhaité pour sa fille !

Courage !

1
Philippe_38230

Philippe_38230

14 novembre 2022 20:16

Dépression de l'aidant après le décès  

Bonjour Cathy,

Je me permet de revenir dans la discussion, je suis tout à fait en accord avec le message précédent d'Isabelle Charret, car il est très important de vous faire aider et en parallèle de booster votre organisme pour remonter progressivement votre potentiel vital. Je sais cela est plus facile à dire qu'à faire! 

Cathy, ce que vous décrivez me fais repenser à au cas d'une personne qui accompagnait son mari au domicile souffrant d'une maladie incurable, ayant vécu au quotidien auprès de son mari malade son rôle d'aidant pendant des années. Lorsque le décès est survenu, cette personne s'est retrouvée seule et désemparée, non seulement de chagrin, mais aussi de la perte de sens de sa vie du fait qu'elle s'était installée dans son rôle d'aidant. Pour elle plus rien n'avait de sens et un sentiment d'inutilité, de dévalorisation s'était insinué dans son esprit. Mais elle s'est fait aider et maintenant elle a repris sa vie en main, certes différentes mais convenable, pourtant son avenir semblait bien compromis.

En effet, on n'accepte pas la mort, on ne peut que reconnaître la réalité. Cette réalité qui s'impose dans toute sa tragédie, perdre un proche que l'on aimait, qui comptait véritablement pour nous, ce n'est pas perdre un simple objet, c'est perdre une partie de soi, cela laisse en nous un vide, une blessure d'amour.

Les comportements, les émotions et les sentiments ressentis au cours du processus de deuil sont propres à chacun et il n'y a pas d'obligation ni de solution systématique pour affronter et surmonter le chagrin ainsi que la souffrance. Ce qui doit être la ligne de conduite en la matière, notamment dans l'accompagnement, se situe dans une démarche de réduction des symptômes ou d'éventuels troubles qui ne sont bien souvent que transitoires, mais qui doivent être traités médicalement afin d'éviter des complications. L'objectif étant de faciliter autant que possible un retour à une autonomisation et une liberté de la personne endeuillée, dans ses choix mais aussi ses combats.

Cathy, personne n'est inutile, chaque vie est précieuse, pensez à vous, prenez soin de vous en tout premier lieu, faites ce qui vous fais du bien, vous seule pouvez décider de votre avenir. Tentez de vous décentrer de vos pensées néfastes, pour ainsi vous recentrer sur l'instant présent en remplaçant la notion d'objectifs par celle de valeurs ramenant à l'essentiel. En effet, se fixer des objectifs est générateur de stress, tandis que les valeurs représentent nos désirs les plus profonds, ils nous permettent de vivre sans une trop grande pression.

Vous êtes consciente de votre situation et de la souffrance qu'elle génère. Croyez en vous j'espère sincèrement

que vous reprendrez le dessus et nous donnerez de bonnes nouvelles.

Cordialement
Philippe

 

1
Isabelle Charret Médecin gériatre 15 novembre 2022 10:56

Dépression de l'aidant après le décès  

Quelle richesse dans ces messages!

Quelle vérité tout en délicatesse !

Certes l'expérience est individuelle, mais quand on est au coeur d'une problématique il n'est pas aisé d'y voir clair: aussi , des notions comme retrouver la liberté de ses choix, ses combats, être dans l'instant présent de chaque vie précieuse est essentiel.

Un grand merci pour toutes ces ouvertures offertes aux membres qui en ont besoin, si complémentaires des messages des experts!

1

Cathy88

15 novembre 2022 12:06

Dépression de l'aidant après le décès  

Bonjour Isabelle Charret et Philippe_38230,

Merci pour vos messages. Je viens de voir mon médecin. Je vais prendre des vitamines/magnésium. Il va me suivre un peu plus souvent.

Merci pour vos conseils. Je vais acheter certains livres que vous avez conseiller qui m'aideront j'espère un peu.

Il n'est pas facile de continuer oui car ma vie était calquer sur celle de ma mère. Oui elle ne voudrait pas que je m'effondre. Je dois apprendre à continuer. Ma famille a reprit le cours de sa vie. J'ai l'impression d'être toujours au même point. Je dois m'accrocher. En améliorant ma santé, j'espère que mon moral ira un peu mieux.

Merci à vous pour vos messages qui m'ont donné l'impression d'avoir des personnes qui ont su lire ce que je ressentais au fond de moi.

0
Philippe_38230

Philippe_38230

15 novembre 2022 19:27

Dépression de l'aidant après le décès  

Complément à cette discussion

Bonjour à tous,

Dans son message, Michelle exprime sa demande de conseil et/ou du souhait d'avoir une aide réelle d'un professionnel pouvant prendre en charge les cas évoqués, il est vrai que trouver une aide efficace n'est pas du tout évident.

Outre la région dans laquelle l'on se situe et aussi des moyens dont on dispose, on peut se trouver rapidement perdu dans cette recherche, cependant il y a des pistes qui méritent d'être explorées.

Pour ce qui est du volet médical, en première intention c'est de voir avec son médecin traitant, ce que Cathy a fait, le deuil n'étant pas une maladie cela peut déjà apporter un mieux-être, puis éventuellement selon l'évolution de l'état général de voir si le besoin d'être orienté vers un spécialiste qui connait les risques de complications (notamment la dépression) liées au deuil prolongé s'avère nécessaire.

En ce qui concerne le volet social et relationnel, comme le suggère Julien à Michelle, les associations d'endeuillés peuvent être utiles de par leur réseau, il se peut que l'une d'entre-elles ou l'un de ses membres se situe à proximité. Généralement, ces associations intègrent au moins un psychologue qui pourra vous renseigner utilement.

Chaque deuil est unique comme la relation à la personne décédée, de fait on ne peut qu'accompagner respectueusement et avec bienveillance l'endeuillé, sans juger ni imposer des solutions toutes faites. Les réactions décrites par Michelle et Cathy, (et généralement par tout endeuillé) sont dans la normalité du deuil et demander de l'aide n'est pas un signe de faiblesse, bien au contraire il fait montre de lucidité et de courage.

Le processus de deuil est complexe, polymorphe faisant s'intriquer les facteurs suivants: comment l'endeuillé a pu panser ses blessures passées (conflits, deuil notamment), les us et coutumes de son milieu social, ses croyances et convictions, les circonstances du décès de son proche et la force du lien d'attachement à ce dernier. A noter que les deux derniers points sont les plus importants car ils conditionnent le processus de deuil sur le plan émotionnel et ses éventuelles complications.

Il faut savoir aussi que le processus de deuil est chaotique dans son ressenti, coûteux en énergie, qu'il peut durer très longtemps et que l'on ne peut y échapper. Par conséquent il faut de la patience, du courage, s'accrocher et accompagner le plus sereinement possible le réaménagement qu'il impose à notre vie, à cet effet, les ouvrages et conférences précitées par le Dr Isabelle Charret sont très utiles pour mieux connaître le deuil.

Merci Cathy pour votre message, je vous souhaite le meilleur pour l'avenir.
Merci aux intervenants dans ces échanges fructueux qui permettent une aide précieuse.

Cordialement
Philippe

1
MimiVillars

MimiVillars

16 novembre 2022 21:13

Dépression de l'aidant après le décès  

Bonjour, 

Je me permets de revenir dans la discussion, déjà pour donner de mes nouvelles et pour partager mon expérience même si chaque personne vit son deuil différemment. Il y a cependant un point commun entre nous, le fait d'avoir accompagné un être proche en oubliant nos besoins et nos rèves surtout. 

Ma phase colère s'est estompée mais j'ai fait un grand nettoyage parmi ma famille et quelques connaissances. La peine est toujours présente, j'espère juste retrouver des petits moments de bonheur.  

Je tente peu à peu de retrouver ces besoins que j'avais avant d'accompagner ma mère, certains rèves ont disparu, mais d'autres, plus petits, ont pris la place. Je tente d'avoir quelques projets à court terme et surtout de ne m'occuper que de moi et de mes ressentis. Auparavant j'étais dans la culpabilité, donnée par mon frère surtout. J'ai dépassé ce cap et je me fiche désormais du regard des autres mais de ce dont j'ai envie. J'adorais les animaux et j'ai donc désormais 3 chats ! un peu par la force des choses, en étant famille d'accueil au début et je n'ai pu les donner à l'adoption -) Je pratique de la communication animale et cela aurait bien fait l'objet de moquerie de mon frère si je l'avais fait avant. 

L'énergie est difficile à puiser, parfois tout va bien car je suis en activité et j'ai de quoi occuper mes journées et d'autres jours j'ai un besoin de pleurer juste à cause d'une odeur, d'un objet, d'un souvenir de vacances... J'ai hâte que les fêtes de fin d'année arrivent et se terminent rapidement. L'ambiance Noël me stresse un peu.

Je n'ai pas trouvé l'aide auprès de mon médecin traitant qui ne voulait me prescrire que des anti-dépresseurs, je prends déjà des anti-douleurs pour un problème chronique, je ne voulais pas en rajouter sur ma baisse d'énergie en détruisant mes organes. Ce sont les connaissances qui m'ont le plus aidée, des personnes qui ont déjà connu le deuil bien évidemment. Je pratique aussi beaucoup la méditation et je fais de la natation 3 fois par semaine, ce qui me permet de m'évader un peu du quotidien. 

Par contre, j'ai beaucoup souffert au travail car j'ai voulu reprendre rapidement mais ma cheffe n'a aucune idée de l'impact du deuil sur notre "performance". J'en ai beaucoup souffert, presque à vouloir démissionner car il fallait être à la hauteur alors que j'en étais encore en phase douleur et beaucoup d'inattention dans ce que je faisais. Je lui en veux encore alors que je devrais dépasser ce stade, je veux en finir avec la colère d'ou qu'elle provienne. J'essaie de me dire que c'est elle qui souffre (en effet elle nous a dit qu'elle était très stressée au printemps) et qui tente de nous déstabiliser mais désormais la bienveillance au bureau n'existe plus pour moi, je prends beaucoup de recul avec les relations de travail. Ce qui compte c'est les projets que l'on me donne et certains sont intéressants et me permettent de progresser intellectuellement. 

Ma vie sociale est malheureusement à zéro, j'ai du mal à faire désormais confiance. Je crois que je suis plutôt dans une phase d'introspection pour savoir ce que je veux vraiment faire de la vie qui me reste.

Comme le dit Philippe, le temps d'accompagnement n'a pas été un temps d'appauvrissement et de régression. Il nous a permis de nous élever au contraire et de constater à la fin que cette relation était précieuse. Nous avons donné notre amour jusqu'à ce que l'être cher soit parfois atteint dans son intégrité, nous savons que le temps n'est pas éternel et qu'il est indispensable de profiter des moindres petits moments de plaisirs. 

C'est vrai Cathy, nous avons l'impression que le monde continue sa vie autour de nous et que l'on reste sur le quai. Moi je crois maintenant que l'on est encore dans le bateau, peut-être à la salle des machines à tenter de tout remettre en ordre pour revenir profiter du pont quand cela ira mieux 😊 

Je crois que ces forums de discussion sont plus pertinents que la salle d'un médecin traitant qui ne connait pas le sujet et se sent mal à l'aise. A chacun de trouver son chemin mais il y a une voie pour nous tous. 

Cathy, il y aura bien sûr des moments pénibles, j'en ai encore, mais comme vous le dites, jamais nos proches ne voudraient nous voir dans cet état. Ce qu'il faut c'est apprendre la patience, petit-à-petit on émerge du brouillard, un pas et encore un autre, on trébuche et on se relève. Je suis en mode protection actuellement, je ne m'occupe que de moi, c'est essentiel si l'on veut redonner de l'amour aux autres plus tard, se sentir en phase avec soi-même.

Le silence dans la maison est parfois pesant même si j'ai mes chats mais je me sens encore mal à l'aise avec les membres de ma famille qui me soutiennent maladroitement, ce qui m'énerve car je ne suis pas malade, j'ai juste besoin de reprendre le cours de ma vie, surtout un autre chemin de vie.

A force d'avoir aimé l'autre, le plus difficile ne serait-il pas de s'aimer soi-même ? On devrait pouvoir le faire pourtant avec l'expérience que nous avons ?

Bien à vous.

Michelle

1
Laure Castel

Laure Castel

17 novembre 2022 9:47

Dépression de l'aidant après le décès  

Merci Michelle pour votre message.

 

1
Isabelle Charret Médecin gériatre 17 novembre 2022 12:14

Dépression de l'aidant après le décès  

Bonjour Michèle,

Quelle joie de vous retrouver sur le forum qui a été déclenché en avril dernier grâce à votre question !

Plus de Sept mois si on prend la peine de faire le compte et lorsqu’on lit votre long témoignage, on ne peut s’empêcher d’être admiratif pour tout ce que vous avez mis en place. On voit le temps se dérouler avec des décisions, des choix, des difficultés et des peines bien légitimes, des réajustements, des satisfactions : merci de vous confier à nous .

Comme vous le dites : cette phase est riche et peut être mise à profit pour vous ré écouter, réaliser des petits rêves, s’entourer de personnes bienveillantes (au travail c’est plus compliqué). Oui, la question :

« Qu’en est il vraiment pour moi à présent ? » est fondamentale. Cela prend du temps pour y répondre ! Et on s’engage quelque part, puis, soit on continue, soit on bifurque : quelle importance s’il s ‘agit d’aller vers ce qui est juste ?

En ce qui concerne votre vie sociale : actuellement c’est compliqué… Le repli sur soi, les craintes se sont imposées ou se sont légitimées depuis la pandémie… « Greffez » vous sur des activités pas faciles à faire seule type voyage, jeux, randonnées, séjours à thème, mais nourrissez vous d’abord avant d’en attendre du lien

Mais au delà des conseils que nous donnons aux aidants qui nous sollicitent, vous illustrez parfaitement ce qui justifie notre engagement :

  • Être aidant tout seul c’est dur et prive forcément de la richesse des échanges.
  • Vous, les aidants contribuez à un véritable mouvement de solidarité en exerçant de la sollicitude à votre proche : un mouvement éthique, de philosophie de la relation à l’autre.
  • Votre expérience est un exemple de ténacité, de courage.
  • Et vous, Michèle, vous avez initié un appel d’échanges d’une qualité rare !

Soyez en remerciée !

Continuez ces belles réflexions !

Bien cordialement

 

1

Merci de vous connecter pour participer à la discussion. Se connecter

Discussions en lien

tout voir

monique

22 novembre 2022 13:46

Rémunération aidant

1

39

0

Caro5695

21 novembre 2022 18:23

Aidant familiale

1

45

0

Isa78

21 novembre 2022 10:38

Syndrome parkinsonien

2

48

0

MEMBRES ACTIFS DANS LA DISCUSSION

julien74

Julien74

Philippe_38230

Philippe_38230

MimiVillars

MimiVillars

Cathy88


Évènements à venir

tout voir

Du 25/05/2022 au 28/10/2022

Nouvelle tournée pour la Caravane « Tous Aidants » en 2022

Lieu : 24 étapes dans toute la France
En savoir plus

Du 02/06/2022 au 24/01/2023

Solutions Aidants : des rendez-vous thématiques d'une heure pour vous apporter conseils et solutions pratiques

Lieu : Toute la France
En savoir plus

Du 18/10/2021 au 31/12/2022

Allo Alzheimer, une antenne d'écoute pour vous

Antenne d'écoute téléphonique
En savoir plus

Pourquoi s’inscrire sur Aidons les nôtres ?

  • L’inscription vous permet d’accéder à de nombreuses informations sur la dépendance et d’interagir avec d’autres membres.
  • Vous avez également la possibilité de contacter des experts.
  • Simple et rapide, gratuite et totalement confidentielle, l’inscription respecte votre vie privée.
  • Vous pouvez obtenir plus d’informations en consultant les conditions générales d’utilisation.