FILTRES

Affinez vos contenus en les filtrant selon les thèmes et sous-thèmes de votre choix

FILTRES

Affinez vos contenus en les filtrant selon les thèmes et sous-thèmes de votre choix

Valider les filtres

zoe.971

zoe.971

2 octobre 2020

FIN DE VIE - ACHARNEMENT THERAPEUTIQUE  

Bonjour, mon proche a été dirigé  mardi dernier en soins palliatifs. Les directives anticipées n'ayant pas été  rédigées, j'ai du répondre aux médecins concernant  les éventuels souhaits formulés concernant sa fin de vie, ne pouvant lui-même en parler ne pouvant plus s'exprimer clairement malgré une pleine conscience.

Il m'avait confié ne pas souhaiter d'acharnement thérapeutique.

 

Manger ou boire un minimum est il considéré comme un acharnement thérapeutique déraisonnable ? ? ?

 

Aujourd'hui nous en sommes au 7ème jour  sans aucune alimentation ni hydratation ... La souffrance non pas physique (du moins je l'espère  ...) puisque gérée par le corps médical, mais celle psychique est immense chez mon proche encore très réactif,. (La mienne également.) Pleurs, ouverture de la bouche à la présentation de liquide, serrement de ma main avec regard insistant, entre autres. 

Je suis désemparée de voir cette lente agonie que j'assimile à une euthanasie "hypocrite et douloureuse.

 

Aujourd'hui je m'en veux infiniment et m'en voudrai toujours  d'avoir accepter un transfert en soins palliatifs. 

 

Si vous devez faire ce choix, demandez bien ce qu'on entend par acharnement thérapeutique ...

 

Bon courage à tous.

5+
Réponses
1 message de membre xx messages d'experts
Isabelle Charret
Isabelle Charret Profession 5 octobre 2020

FIN DE VIE - ACHARNEMENT THERAPEUTIQUE  

Bonjour,

 

Vos questionnements sont légitimes et doivent trouver réponses.

 

Être admis en service de soins palliatifs reste une chance pour le malade et ses proches : personnel formé et en nombre, maniement des outils médicaux performant (lutte contre la douleur, l’anxiété, apaisement), réponses adaptées à chaque cas aux besoins du patient en fin de vie et de ses accompagnants. Si tel n’est pas le cas, quelque-chose ne va pas : soit que la prise en charge n’ait pas été comprise par les proches ou que le patient nécessite une réévaluation de son état clinique et de ses besoins.

On ne cherche jamais un « coupable » dans ces situations de fin de vie, mais il est parfois nécessaire de relancer un dialogue.

 

 

Vous avez représenté la personne malade qui n’avait pas de directives anticipées. Vous avez eu entièrement raison de confier à l’équipe soignante ce qui vous semblait le mieux correspondre à ses souhaits afin que soient préservées son humanité et sa dignité. Sachez que c’est l’équipe pluridisciplinaire qui va décider des prises en charge : jamais une seule personne et encore moins un non professionnel. C’est une concertation entre vos dires, la situation, les possibilités au mieux.

L’acharnement est facile à définir : c’est de la déraison qui est démesurée, n’est nullement justifiée et qui fait courir un risque au malade.

 

 

Pourquoi a t-on arrêté toute prise de liquides et d’aliments solides (même mixé) ? Y avait il des vomissements, des fausses routes faisant risquer un étouffement à chaque fois, des refus de s’alimenter, un état d’inconscience ?

 

La décision d’arrêter s’est elle accompagnée d’un protocole de sédation (d’endormissement tranquillement) car le malade était déjà très inconscient, extrêmement douloureux et non calmé de ses souffrances physiques et morales ?

 

Mais il est notable que votre proche est malheureux puisqu’il pleure. L’anxiété ne semble pas calmée. En outre, il semble demander de l’hydratation. Normalement, au bout de 7 jours il ne devrait pas ressentir ni la faim ni la soif : Les soins de bouches sont ils faits régulièrement ? : humecter les muqueuses, presser une boisson imbibée sur un bâtonnet en mousse et autres techniques adéquates.

 

Si tout se passe bien, vous ne devriez jamais regretter un tel choix ; de plus l’acharnement déraisonnable est prohibé dans la loi de fin de vie (Loi Leonetti-Clayes 2016): donc, il faut revoir la prise en charge impérativement.

 

Tout devrait rentrer dans l’ordre afin que cette fin de vie soit accompagnée le plus sereinement possible.

Bon courage,

5+

Merci de vous connecter pour participer à la discussion

Discussions en lien

Pas d'autres discussions en relation.

Évènements à venir

tout voir

Du 06/10/2020 au 31/12/2020

Découvrez le programme du Cercle Web Aidants jusqu'à la fin de cette année !

Toute la France
En savoir plus

Du 26/10/2020 au 30/10/2020

Vill@ge Bien-Être connecté, votre nouveau rendez-vous prévention en distanciel !

Toute la France
En savoir plus

Du 24/04/2020 au 31/12/2020

Des conférences et des échanges depuis chez vous avec HappyVisio !

Toute la France
En savoir plus

Le 03/12/2020

Recherche : des conférences pour faire le point sur la maladie d'Alzheimer

Bordeaux
En savoir plus

Pourquoi s’inscrire sur Aidons les nôtres ?

  • L’inscription vous permet d’accéder à de nombreuses informations sur la dépendance et d’interagir avec d’autres membres.
  • Vous avez également la possibilité de contacter des experts.
  • Simple et rapide, gratuite et totalement confidentielle, l’inscription respecte votre vie privée.
  • Vous pouvez obtenir plus d’informations en consultant les conditions générales d’utilisation.
5+