Personnes âgées, aidants, pourquoi se vacciner contre la grippe

Personnes âgées, aidants, pourquoi se vacciner contre la grippe

L’actualité reste dominée par la troisième dose de vaccin anticovid 19 chez les plus de 65 ans, mais la vaccination contre la grippe saisonnière débutant fin octobre 2021 les concerne particulièrement puisqu’ils sont touchés par la quasi-totalité des décès par grippe. Pourtant, en 2019, seule une moitié des plus de 65 ans s’est faite vacciner contre la grippe.

Alors pourquoi une personne âgée devrait se faire vacciner ?

D’abord parce qu’une grippe saisonnière peut tuer une personne âgée, surtout si elle a des facteurs qui la fragilisent comme une dénutrition, une insuffisance respiratoire ou cardiaque connues, du diabète… En effet,  le virus grippal vient alors décompenser un état de santé global pourtant jusque-là relativement bien équilibré (les traitements en cours étant bien suivis avec une surveillance régulière par le médecin traitant).

Ensuite, parce que l’efficacité du vaccin (environ 40% en 2019) diminue le risque de forme grave de grippe pouvant conduire en réanimation, même s’il est vrai que l’efficacité vaccinale diminue avec l’âge, ce qui justifie, comme pour la prévention de la Covid-19, de poursuivre, après la vaccination antigrippale, les mesures préventives déjà connues : lavage régulier des mains, ne pas côtoyer de personnes « grippées », etc.

Par ailleurs, la vaccination antigrippale diminue significativement le risque d’avoir une infection respiratoire aigüe à domicile, classique facteur de risque d’hospitalisation.

Enfin, se faire vacciner diminue le risque de contaminer d’autres personnes côtoyées (conjoint, enfants…) et il est conseillé de se faire injecter le vaccin dès qu’il est disponible chez le pharmacien (chez qui la personne âgée peut le retirer gratuitement avec la prise en charge de l’Assurance Maladie reçu à domicile). Cette injection pouvant être faite à une personne âgée depuis fin octobre 2021 soit par un médecin, un pharmacien ou une infirmière diplômée d’Etat.

Les aidants sont également concernés par le vaccin contre la grippe. En se vaccinant, ils se protègent et protègent aussi leurs proches, plus vulnérables.

Cependant, certaines personnes ne peuvent être raisonnablement vaccinées : allergie grave aux protéines de l’oeuf qui servent à la fabrication du vaccin (à savoir cependant que dans ce cas-là, si elle est vraiment nécessaire, la vaccination peut être faite en milieu hospitalier) et notion de fièvre dans les dix jours précédents.

Mais certains hésitent vraiment…

« Je n’ai jamais été grippé de ma vie ». Cependant, rappelons-le, les défenses immunitaires sont désormais moins performantes avec l’âge. Alors autant ne pas attendre une possible épidémie de grippe sévère (comme en 1957, en 1968 voire dans une moindre mesure, 2014, 2016…) et se faire vacciner à l’aide d’une banale injection.

« Je prends des anticoagulants et les piqûres me sont interdites ». L’injection du vaccin peut se faire par voie sous-cutanée (la voie intramusculaire est effectivement contre-indiquée quand on prend des anticoagulants).

« Je préfère attendre janvier 2022 pour me faire vacciner et être protégé plus longtemps ». La durée de la protection par le vaccin est classiquement de 6 mois et, habituellement, une épidémie de grippe dure rarement 4 mois. Rien ne sert donc de retarder la date d’injection: dès le quinzième jour, on est ainsi protégé jusqu’à fin avril, même si l’épidémie débutait mi-janvier 2022 (elle commence typiquement plus tôt). Par ailleurs, en se faisant vacciner très tôt, on minimise le risque de subir une éventuelle pénurie de vaccins comme en novembre 2020.

« Je me vaccine par les plantes ». Rien ne remplace la vaccination par injection pour minimiser le risque d’infection grippale.

« Si c’est pour l’avoir à cause du vaccin, ça ne m’intéresse pas ». Le vaccin ne donne pas la grippe, mais on peut parfois observer un syndrome grippal de 24-48 heures, sorte de « réaction » au vaccin (fatigue, maux de tête, courbatures, fièvre, mal de gorge, nez qui coule…) 

« J’ai quand même eu la grippe en 2019 malgré le vaccin ». Comme on l’a dit, les défenses immunitaires sont moins performantes avec l’âge et, vaccinée contre la grippe, la personne âgée diminue le risque d’être infectée par le virus grippal… mais peut l’être. Cependant, le vaccin «  dopant » ses défenses, la maladie grippale sera alors atténuée et le maintien à domicile aura toutes les chances de continuer. Par ailleurs, la vaccin protège contre la grippe, pas contre d’autres virus qui peuvent sévir aussi pendant l’épidémie grippale et donner des soucis de santé ressemblant à la grippe, mais sans que ce soit dû au virus grippal  (maux de tête, courbatures, fièvre, mal de gorge, nez qui coule…) 

« J’ai été infecté par la Covid-19 avec une courte hospitalisation il y a un mois et préfère récupérer avant le vaccin antigrippal ». Si cette personne âgée à domicile est déclarée guérie de la Covid-19, elle peut attendre et ainsi récupérer comme elle le souhaite, sachant qu’avoir été infecté, modérément ou sévèrement, par le virus de la Covid-19 et en être guéri n’interdit pas de se faire vacciner contre la grippe.

Merci de vous connecter pour publier une discussion. Se connecter

Discussions en lien

tout voir

Évènements à venir

tout voir

Du 18/01/2021 au 31/12/2021

Des conférences et des échanges depuis chez vous avec HappyVisio !

Toute la France
En savoir plus

Du 18/10/2021 au 31/12/2022

Allo Alzheimer, une antenne d'écoute pour vous

Antenne d'écoute téléphonique
En savoir plus