Les carences en vitamines D, B9 et B12 de la personne âgée à domicile

Les carences en vitamines D, B9 et B12 de la personne âgée à domicile

Ces vitamines ont une place importante dans le suivi de la santé des personnes âgées et font souvent l’objet d’analyses de sang. En effet, autant les signes d’un début de carence sont rares, autant ses conséquences peuvent retentir sévèrement sur leur qualité de vie à domicile. À quoi servent ces vitamines ? Quelles sont leurs sources ? Quelles sont les causes des carences ? Comment les prévenir de façon concrète ? (Nous ne traiterons pas ici de la maladie de Biermer pour la carence en vitamine B12).

Quel est le rôle de ces vitamines ?

  • La vitamine D favorise principalement le passage du calcium ingéré (provenant notamment des produits laitiers) de l’intestin vers le sang, permettant une bonne minéralisation de l’os. Elle aide aussi à préserver les performances musculaires, immunitaires et, sans doute, intellectuelles. 
  • Les vitamines B9 et B12 interviennent dans la croissance du nombre des cellules (globules rouges). 

Où trouver ces vitamines ?

  • L’apport en vitamine D est assuré par l’alimentation (principalement présente dans le foie de poisson, les poissons gras, les œufs…) mais surtout par la transformation du cholestérol sous la peau par les rayons ultraviolets du soleil (c’est moins le cas lorsque le ciel est nuageux).  Cette dernière action s’altérant avec l’âge… 
  • On retrouve surtout la vitamine B9 dans les céréales, les abats (surtout les foies de volaille, veau et porc), les poissons gras, certains légumes (épinards, choux, brocolis, endives…), les légumineuses (lentilles, pois cassés…), le jaune d’œuf et les fromages. Ses réserves durent trois mois. 
  • La vitamine B12 est principalement fournie par les abats (foie) et les poissons gras, les crustacés, les fromages (surtout bleus) et les œufs. Ses réserves durent quatre ans. 

Quelles sont les causes des carences ?

  • La carence en vitamine D, qui touche la majorité des personnes de plus de 60 ans, résulte surtout d’une exposition solaire de moins de 25 minutes par jour. Certaines maladies, comme l’hyperthyroïdie, l’accélèrent.
  • La carence en vitamine B9 est surtout d’origine alimentaire : repas déséquilibrés, faible consommation de poisson (dont le prix est généralement élevé) et de légumes, mais aussi repas trop cuits (50 % des vitamines B9 sont détruites lors d’une sur-cuisson), addiction à l’alcool. Certaines situations ou maladies favorisent aussi une carence (maladies du foie ou de l’intestin, chirurgie de l’estomac…) mais les personnes âgées, si elles sont surveillées, sont moins souvent carencées.
  • La maladie de Biermer n’étant pas détaillée ici, la carence en vitamine B12 repose principalement sur des anomalies préexistantes (atteinte chronique de la muqueuse de l’estomac, répercussions sur le pancréas d’une addiction à l’alcool…). Plus rarement, certains remèdes la favorisent (notamment la prise prolongée d’antiacides contre les brûlures d’estomac) ou bien les régimes alimentaires excluant les produits d’origine animale.

Quels sont les signes de carence ?

Attention, les carences modérées en vitamine D, B9 et B12 sont souvent silencieuses.

  • Une carence en vitamine D se manifeste par une fatigue inhabituelle, des douleurs osseuses et musculaires, des chutes répétées… Il est essentiel de – gérer cette carence avant une éventuelle fracture.
  • Une carence en vitamines B9 et B12 peut provoquer une fatigue inhabituelle (il y a souvent anémie), des troubles comportementaux (état dépressif dans 40 % des cas, troubles de la mémoire ou du jugement parfois significatifs) ou sensitifs (sensation de picotements, douleurs…), marche instable, langue rouge et enflée…

Quelle prévention pour éviter les carences ?

  • Pour la vitamine D : sortir à l’extérieur au moins 25 minutes par jour mais aussi, dès 65 ans, étudier avec son médecin traitant une supplémentation en vitamine D (800 UI par jour) qui permet de réduire de 30 % le risque de fracture (col fémoral) et de 15 % le risque de chutes.
  • Pour les vitamines B9 et B12 : une alimentation variée et équilibrée (exclure les régimes « tendances »), validée par son médecin traitant. Il est aussi conseillé de refaire le point avec celui-ci de façon régulière. Il pourra prescrire des dosages sanguins au moindre doute ou bien un traitement normalisant les réserves effondrées.
0
Information

Merci de vous connecter pour publier une discussion

Discussions en lien

tout voir

Njut

27 mai 2020

dénutrition

1

90

0

Évènements à venir

tout voir

Le 16/03/2021

Participez à DIGIT'ALZ, une conférence interactive sur Alzheimer

En visioconférence
En savoir plus

Le 31/05/2021

Recherche : des conférences pour faire le point sur la maladie d’Alzheimer

Bordeaux
En savoir plus

Du 01/11/2020 au 31/07/2021

Programme CAP FORM'SENIOR - Bien bouger pour bien vivre

Web
En savoir plus