Comment protéger son proche âgé des sectes ? (1ère partie)

avatar badge

UTILE ()

Article rédigé par Marie-Hélène Isern-Real, Avocat, 23 juillet 2018 - mis à jour le 6 août 2018 Consulter son profil complet

On parle beaucoup de l’influence que les sectes exercent dans les maisons de retraites. Des intervenants comme des auxiliaires de vie se présentent et commencent leur prosélytisme. Il est en de même à domicile où parfois les auxiliaires de vie, mais aussi le personnel médical et paramédical : kiné, infirmière, peuvent présenter un danger. Enfin, il faut savoir que les mécanismes d’emprise sont les mêmes de la part de proches, comme un enfant, un ami, un voisin. Quels sont les mécanismes auxquels les aidants doivent être attentifs ? Comment peuvent-ils réagir ?

Comment agissent les sectes ?

Selon la MIVILUDE (mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires - www.derive-sectes.gouv.fr) le mécanisme est toujours le même :

  • une phase de séduction consiste à répondre aux besoins de la personne-cible, se rendre indispensable auprès d’elle, remplir un vide existentiel, en profitant d’une période de fragilité physique, après une maladie ou psychique, comme après un veuvage. Attention aux organisations paramédicales, de médecines douces, de développement personnel, associations culturelles L’abuseur peut aussi se présenter au nom d’une église. Toujours vérifier, par relations ou auprès des organismes de formation, la qualité de l’intervention proposée ;
  • une phase de déconstruction a pour objectif de faire perdre ses repères à la victime. L’abuseur lui déclare qu’elle se comporte mal, qu’elle doit changer, que son entourage est mauvais, notamment ses enfants. Cette phase est très difficile car elle est en même temps rassurée par la présence de son abuseur, mais aussi constamment déstabilisée par des critiques et paroles méchantes. Une crainte s’installe de lui déplaire, qui stérilise toute réflexion critique. Il s’agit d’un véritable mécanisme pervers très douloureux, car la personne-cible ne sait plus à quoi s’en tenir. Elle se trouve dans un véritable conflit de loyauté ;
  • une phase de reconstruction au service exclusif de l’abuseur : il parle et décide au nom de la personne qui perd son libre arbitre. Elle n’a plus le choix.

Que se passe t’il ensuite ?

À partir de là, elle est conduite à donner de l’argent, à souscrire des actes juridiques comme des donations, testaments, ventes à des prix dérisoires, emprunts pour financer des activités, etc. Tous actes et dépenses contraires à ses intérêts.

La victime est isolée à son domicile qui devient une prison. Elle peut être éloignée et conduite au domicile de son abuseur ou dans un lieu collectif de la secte, pour faire des « stages » dont elle reviendra dénutrie, où elle aura été incitée à dépenser beaucoup pour acquérir de la documentation, en tout cas épuisée ou dans un état second.

Par internet ou Skype, ce sont des conversations nocturnes sous prétexte de décalage horaire qui la priveront de sommeil. Non soignée, engagée dans des thérapies illusoires ou au contraire sur médicamentée, ses proches ne peuvent plus la rencontrer car « elle n’est pas d’accord ». Elle a perdu toute conscience de la situation et se trouve incapable de réagir. Elle ne peut en aucun cas se reconnaître comme victime dans l’état de dépendance à son abuseur dans lequel elle est placée dans la phase de reconstruction.

Cette évolution de la situation est aussi très douloureuse pour les proches, qui voient dénier toute la vie affective passée, accusés de tous les maux, voire même de volonté homicide, selon l’influence exercée par l’abuseur. La victime est « amoureuse de son abuseur » et prête à tout pour lui en oubliant tout de ses liens passés. Elle est convaincue qu’enfin elle est « libre » de changer de vie.

Les solutions psychologiques

Il est fondamental de maintenir à tout prix une relation de confiance avec son proche. Surtout, ne jamais abandonner la personne : multiplier les rencontres, les invitations sympathiques, ne jamais être négatif, ne jamais faire de reproches. Il est indispensable que la victime se sente mieux avec ses proches qu’avec son abuseur, qu’elle retrouve sa joie de vivre avec ses proches, sa famille, son environnement social habituel et retrouve la tranquillité qu’elle a perdue avec perdue avec son abuseur. C’est le seul moyen de l’amener à réfléchir et éviter la rupture totale des relations.

Elle peut aussi être éloignée physiquement de son abuseur : la prendre chez soi si l’on peut, l’installer en maison de retraite en demandant une surveillance à la direction.

Les aidants ont des scrupules à exercer ce qu’ils considèrent comme une forme de violence à l’égard de leur proche. Mais à une violence malveillante, la réponse doit être ferme et déterminée. Maintenir des liens affectifs n’est pas une violence, mais au contraire une protection.

Le code civil rappelle que la protection des personnes vulnérables est une obligation des familles et de la société.

Si les aidants renoncent, ils font le jeu de l’abuseur qui ne manquera pas de démontrer à sa victime que ses enfants l’abandonnent.

Alerter le médecin traitant pour qu’il prenne en charge la faiblesse physique par manque de nourriture ou de sommeil.

Faire sans arrêt un rappel à la loi : « je suis ton enfant, personne ne peut t’interdire de m’aimer, ou m’interdire de t’aider. » Rappeler inlassablement les souvenirs et l’histoire de la famille.

Les proches ont des difficultés à comprendre ce qui se passe. Ils sont contents que leur père retrouve une compagnie après le décès de leur mère, qu’il accepte la présence d’une auxiliaire de vie si efficace, ou que leur mère surfe sur internet par distraction ou participe à des activités culturelles. Mais le processus s’installe lentement et très progressivement. Il est souvent très tard lorsque le banquier alerte de disparitions de fonds inhabituelles pour des destinations inconnues. La phase de déconstruction psychique est souvent bien entamée.

Retrouvez la suite de notre article : Comment se protéger des sectes ? (2ème partie)

Cet article vous a-t-il semblé utile ?

UTILE ()

soyez le premier à voter utile
Un avis sur cet article ? Un conseil à partager ?
Venez en discuter avec les membres de la communauté
Ils en parlent sur le site
LES ARTICLES EN RELATION
LES DISCUSSIONS EN RELATION
    Les questions en relation
    Poser une question

    Vous avez besoin de conseils sur un sujet précis ? Les aidants de la communauté sont là pour vous aider

    Merci votre question a bien été enregistrée.

    Elle sera publiée afin d'etre visible par les autres membres de la communauté.

    Nous espérons que ceux-ci pourront vous apporter les réponses dont vous avez besoin