ARDH – L’aide au retour à domicile après une hospitalisation

ARDH – L’aide au retour à domicile après une hospitalisation

Les aidants sont souvent démunis lorsqu’il s’agit d’accompagner le retour à domicile de leur proche après une hospitalisation, qu’elle soit de courte durée ou plus longue. Cette situation s’avère d’autant plus compliquée et déstabilisante lorsqu’ils constatent qu’au-delà des soins à mettre en place, la personne a perdu tout ou partie de son autonomie liée à une chute, une maladie ou aux conditions d’hospitalisation. C’est d’autant plus vrai lorsque la personne est âgée. De nombreuses questions se posent alors : le retour à domicile est-il envisageable ? Sous quelles conditions ? Qui peut m’aider ? À qui m’adresser ?

Votre conjoint, l’un de vos parents, un proche dont vous vous occupez a dû être hospitalisé pour une durée plus ou moins importante et son retour à domicile nécessite la mise en place de soins, d’aides à domicile ou encore d’aménagement de son lieu de vie afin que ce retour se fasse dans les meilleures conditions de vie et de sécurité ? L’Allocation de Retour à Domicile après Hospitalisation (ARDH) est un dispositif temporaire d’aide qui permet d’organiser et d’accompagner le retour à domicile de la personne âgée afin d’éviter toute rupture entre l’hôpital et la maison.

L’ARDH pour qui ? Sous quelles conditions

Pour en bénéficier, la personne doit avoir plus de 55 ans, être retraité du régime général de la sécurité sociale, du RSI ou encore de certains régimes spéciaux. Par ailleurs, son retour à domicile doit nécessiter la mise en place d’un certain nombre d’aides au-delà des soins.

Le montant alloué est, comme beaucoup d’aides sociales, conditionné à ses ressources. Il peut atteindre jusqu’à 73 % du montant des aides nécessaires dans la limite de 1800€.

C’est une aide financière provisoire limitée à 3 mois mais éventuellement renouvelable.

L’ARDH ne peut pas être cumulée avec d’autres aides sociales. Si la personne perçoit déjà une allocation de la MDPH ou du conseil départemental (PSD, ACTP, PCH, APA, MTP), elle ne pourra pas en bénéficier puisque ces aides financières sont déjà destinées à couvrir tout ou partie de ses besoins quotidiens.

À quel moment faut -il demander l’ardh? 

Dans l’idéal, la demande d’ARDH est à faire le plus tôt possible pendant l’hospitalisation et dans tous les cas, avant le retour à domicile. Aussi, n’hésitez pas à interroger le médecin ou le cadre infirmier de l’hôpital afin de connaître la date de sa sortie. Cela vous permettra d’engager la demande d’ARDH afin que le dossier soit validé au moment du retour à domicile.

Quelles sont les aides couvertes par l’arhd ?

L’ARDH couvre différents types d’aides qui relèvent du maintien à domicile :

  • L’aide à domicile et l’accompagnement à la vie quotidienne : entretien du logement, courses, sorties, portage de repas, mise en place d’une téléalarme ou téléassistance, garde de nuit, transport accompagné pour les rendez-vous, etc.
  • L’aide para-médicale : la participation à un accueil de jour et les soins ne relevant pas d’une ordonnance médicale (manucure/pédicure par exemple).
  • L’aide technique : l’achat de matériel technique, rehausseur de wc, barre d’appuie… et les petits travaux d’aménagement et d’adaptation du domicile.

En ce qui concerne les soins, traitements et matériels médicaux, c’est l’hôpital ou le SSR (soins de suite et de réadaptation) qui établira les prescriptions. Aussi, au moment de la sortie, n’hésitez pas à interroger l’équipe médicale sur les soins à prodiguer et assurez-vous d’avoir les ordonnances pour les médicaments et les traitements, y compris les soins d’hygiène et le matériel médical nécessaire (lit médicalisé, déambulateur, béquilles…).
Vous pourrez alors vous rapprocher d’un SSIAD  ou dans certaines situations d’une Hospitalisation à domicile (HAD ). Ces actes et soins sont pris en charge à 100% sur ordonnance par la sécurité sociale.

À qui s’adresser ? 

Avant de faire la demande d’ARDH, il peut être utile de faire la liste des aides dont votre proche aura besoin au regard des actes essentiels à la vie quotidienne.  

En général, c’est le personnel médical et/ou les travailleurs sociaux de l’établissement médical qui s’en chargent. Demandez un rendez-vous avec l’assistante sociale de l’hôpital qui vous aidera pour les démarches. Toutefois, vous pouvez vous-même la faire auprès de la caisse de retraite de base de la personne (CNAV, RSI, MSA, CARSAT…). Vous pouvez aussi, selon la situation de votre proche, faire une demande au conseil départemental ou encore à sa mutuelle.
Une fois le dossier instruit par l’organisme et accepté, une évaluatrice viendra à domicile connaître les besoins et vous proposera un plan d’aide adapté. À l’issue de cette évaluation, la caisse vous indiquera par courrier le type d’aide financé et le montant alloué.

Enfin, n’oubliez pas que l’ARDH est une aide provisoire à durée limitée. Si la personne a besoin d’aides dans la durée, il sera nécessaire de faire une demande d’Allocation Personnalisée d’Autonomie (APA) auprès du département concerné.

0
Information

Merci de vous connecter pour publier une discussion

Évènements à venir

tout voir

Du 07/06/2021 au 11/06/2021

Participez à la 2ème édition du Vill@ge Bien-Etre connecté

En visioconférence
En savoir plus

Le 31/05/2021

Recherche : des conférences pour faire le point sur la maladie d’Alzheimer

Bordeaux
En savoir plus

Du 01/11/2020 au 31/07/2021

Programme CAP FORM'SENIOR - Bien bouger pour bien vivre

Web
En savoir plus