Infantilisantes certaines activités proposées à des personnes souffrant de maladies neuro-évolutives avec des troubles cognitifs ?

avatar badge

UTILE ()

Article rédigé par Isabelle Charret, Médecin Gériatre, Lundi 19 novembre - mis à jour le Mercredi 21 novembre Consulter son profil complet

C’est aujourd’hui sur la prise en charge des soins mais aussi sur les activités proposées que, de plus en plus, sont jugés les accompagnements des personnes souffrant de maladies dites neuro-cognitives (Maladie d’Alzheimer etc.). Cela se joue en Centre d’Accueil de Jour, en institution, mais aussi au domicile. Ces activités peuvent sembler infantilisantes pour l’aidant, pourtant elles ont leur utilité. Explications.

Les activités le plus souvent montrées du doigt sont : le coloriage, le malaxage, les constructions telles l’empilage de cubes, l’enfilage d’objets sur un support, les activités de mise en ordre d’une histoire grâce à des cartes illustrées, les lotos illustrés.

Les commentaires « c’est enfantin », « il est trop vieux pour être en maternelle », « elle retombe vraiment en enfance en faisant cela », « il ne sait faire que ça » sont très fréquents.

Le résultat de cette vision d’activités jugées simplistes est : une incompréhension entre le personnel dédié à ces accompagnements et les proches, ainsi que l’abandon d’activités simples mais pas si faciles et surtout utiles pour la personne malade.
(Il ne sera pas question ici d’activités récréatives -fêtes, journées à thème etc-)

En pratique que propose t’on ?

Dans la maladie d’Alzheimer :

  • Le maintien d’une mémoire procédurale relative à des activités répétitives la vie durant, donne du plaisir mais aussi procure un sentiment de réussite et ainsi apaise : savoir jouer du piano, au ping-pong, connaître une fable par cœur depuis toujours, danser, autorise d’offrir ces possibilités au malade (un plateau de ping-pong pliant peut être posé sur une simple table, le rythme d’une valse peut être vécu par le corps en position assise). MAIS si une personne a plié du linge toute sa vie, manipulé des pelotes de laine en tricotant, ou collé des timbres, il faudra se diriger vers cette activité : cela n’aura rien de dégradant.
  • Les déficits sévères dans la réalisation de certains gestes (apraxies) devront faire travailler ces manques par des activités d’enfilage, de malaxage. Il existe des billes de bois très belles, mais enfiler sur un fil des quartiers de pommes séchées à grignoter en suite est tout aussi agréable ; suspendre des objets avec des pinces à linge pourquoi pas ? Malaxer une pâte à tarte pourquoi pas ? La pâte à modeler peut être l’occasion de triturer des couleurs et de faire tout aussi bien travailler les mouvements de la main. Ecraser avec une fourchette et réaliser une purée de légumes ou fruits est utile.
  • Les incapacités à reconnaître les objets et les formes orienteront vers le coloriage. L’appropriation d’une forme en appliquant des couleurs est intéressante : des natures mortes simples, des fleurs, des animaux… Il existe des coloriages magnifiques, mais compliqués, pour adultes dont certains motifs peuvent être agrandis : fleurs, poissons…
  • L’identification de visages ou de personnages par le coloriage peut être l’occasion de raconter des histoires : pourquoi pas Mickey, que tout le monde connaît ? (mémoire sémantique)

Dans les maladies de Parkinson ou proches (maladie à corps de Lewy) :

  • Les troubles des fonctions exécutives (planifier, réaliser quelque-chose dans l’ordre) favoriseront les séquences : histoires remises en ordre, dessin effectué en suivant l’ordre de chiffres, lettres dans le bon ordre pour composer un mot, groupage d’objets de même fonction ou de même famille. Le choix peut se faire autour de situations adultes en rapport avec les goûts ou l’histoire de la personne.
  • Les troubles visuo-spatiaux (repérage dans l’espace, vision déplacée des objets) imposent de travailler dans un espace limité : coloriage d’une surface délimitée par des lignes épaisses, voire à l’intérieur de limites. Dans ce cas, des formes géométriques sont adéquates (inspirées d’œuvres d’art abstraites, agrandies).
  • Les troubles de l’association sont aidés par les lotos qui permettent de relier carte et image concordantes.

Des clés pour poser un autre regard 

Les activités ne sont pas faites pour satisfaire un désir du proche aidant.
Cependant, ce dernier doit être pris en compte dans la souffrance qu’il peut exprimer d’associer par exemple le coloriage comme une retombée en enfance ; il est important de le guider vers une compréhension plus fine de ce qui se passe et ainsi de lui en montrer des aspects positifs.

L’activité ne doit jamais être l’opportunité de retrouver la personne d’avant dans le malade d’aujourd’hui.

L’activité doit être choisie en fonction des capacités du malade liées au stade de sa maladie et aussi de ce qui peut l’aider et le satisfaire au mieux.

L’activité doit être proposée au malade en fonction de ses goûts, de sa culture certes, mais aussi en la désignant comme une action de rééducation et de plaisir.

L’activité peut aussi révéler des talents insoupçonnés (peinture, chant, collages etc) : il faut essayer, mais en fonction des recommandations ci-dessus, car il ne s’agit pas ici de développer la créativité.

L’activité doit utiliser préférentiellement des supports pour adultes et des objets adaptés pour les réaliser, et peut être d’une simplicité déconcertante mais utile.

Un bel exemple

Le Qigong et le Taichi : s’adressant à toutes les personnes qui vieillissent avec ces maladies neuro cognitives (et à toutes les autres !), ces activités rencontrent un véritable engouement, à juste titre. Si elles satisfont les proches dans la vision qu’ils ont de la personne malade effectuer ces « arts chinois énergétiques », c’est avant tout comme une reconnexion au corps extrêmement bénéfique qu’il faut les voir.

L’activité adaptée, adulte, les bienfaits procurés, la vision du proche, tout est réuni et en fait leur succès. C’est vers quoi l’on doit tendre avec les autres propositions d’accompagnement, et c’est possible.

Cet article vous a-t-il semblé utile ?

UTILE ()

aidants ont trouvé cet article utile
Un avis sur cet article ? Un conseil à partager ?
Venez en discuter avec les membres de la communauté
Ils en parlent sur le site
LES ARTICLES EN RELATION
LES DISCUSSIONS EN RELATION
    Les questions en relation
    Poser une question

    Vous avez besoin de conseils sur un sujet précis ? Les aidants de la communauté sont là pour vous aider

    Merci votre question a bien été enregistrée.

    Elle sera publiée afin d'etre visible par les autres membres de la communauté.

    Nous espérons que ceux-ci pourront vous apporter les réponses dont vous avez besoin