Aider mon proche âgé à mieux gérer ses médicaments

avatar badge

UTILE ()

Article rédigé par Guillaume Besse, Médecin, 2 mai 2013 - mis à jour le 28 juillet 2014 Consulter son profil complet

En France, 40 % des remèdes sont prescrits à des retraités. Pour de multiples et bonnes raisons, 40% ne suivent pas à la lettre leur ordonnance, surtout si elle est longue. Malheureusement, une cause médicamenteuse est retrouvée dans 20% des hospitalisations des retraités, hospitalisations qui peuvent remettre en question le maintien à domicile qu’une écrasante majorité souhaite tant... Pourquoi tant de chiffres préoccupants ? Comment prévenir ces accidents et aider les retraités à conserver une qualité de vie à domicile? 

 

Les causes qui expliquent la mauvaise gestion des médicaments

 
D’abord une dépression, pas forcément sévère mais fréquente à cet âge (“A quoi bon prendre tous ces remèdes si c’est pour rester encore en vie?”). Ou de simples troubles de mémoire liés à l’âge, touchant 75% des plus de 75 ans (« Je ne me souviens plus si j’ai pris mes cachets »). 
Ou encore une absence d’information sur les différences notables de l’utilisation (métabolisme) des remèdes par l’organisme lors de l'avance en âge (« Depuis 25 ans, je n’ai pas pris rigoureusement mes remèdes sans le moindre problème, alors pourquoi changer ? »).
Voire une lecture angoissante des notices des boîtes (« Je risque d’être plus malade en le prenant »), ou bien un nouveau générique dont le comprimé est confondu avec celui d’un autre médicament...
 
Sans oublier une arthrose digitale diffuse gênant la correcte prise de remèdes de comprimés ou gélules (qui tombés à terre ne sont pas ramassés), une mauvaise acuité visuelle gênant la lecture de l’ordonnance, la trop fréquente absence de pilulier, trop de remèdes différents à prendre chaque jour, une hydratation insuffisante  minimisant l’élimination rénale des remèdes pouvant s’accumuler dans le sang, prise après prise...
 
Bien entendu, lorsque les troubles du raisonnement dominent, le risque d’erreur est majoré si une tierce personne ne donne pas les remèdes au retraité.
 

Les nombreux signes devant alerter

Toute répétition de chutes ou trouble du comportement récent doivent vraiment faire penser à une cause médicamenteuse chez le retraité (erreur de prise ou effet secondaire) et, bien au -delà, pour tout symptôme inhabituel (ce qui est vaste...).
 
Il faut aussi se méfier quand des comprimés ou gélules sont retrouvés par terre, lorsque les boîtes sont non entamées, quand l’ordonnance montre que le retraité n’est pas repassé chez le pharmacien renouveler son traitement, lorsque l’armoire à pharmacie personnelle regorge de boîtes en double ou en triple, lorsque les ordonnances et les résultats des prises de sang sont égarés, témoignant, par exemple, d’une moindre motivation du retraité à bien gérer son capital santé...
 

Que doit faire l’aidant et surtout ne pas faire ?

 
L’idéal, que l’aidant soit familial ou non, est alors de prévenir rapidement le médecin du retraité (si on le connaît, sinon le pharmacien pourra aider au titre de l’assistance de la personne âgée en danger).
 
Le médecin, sans en révéler la source, abordera le sujet avec son malade, avec tact et délicatesse. Il tentera de déterminer les pièges précités et décidera, de la manière la plus appropriée, de convaincre (et non de contraindre) le retraité de prendre telle ou telle décision et pour quelles raisons (par exemple, un pilulier pour, enfin, ne plus être tracassé de savoir si les remèdes ont été pris ou non, ou bien traiter une dépression,...)
 

Quelques conseils à partager avec votre proche

 
Lors de la consultation chez le médecin traitant :
                                    
  • La préparer en notant toutes les questions (aucune n’est sotte), y compris sur les remèdes pris et, idéalement, avoir tenu compte du stock exact de boites encore disponibles à la maison avant de les acheter à nouveau chez le pharmacien. Bien sûr, amener aussi les ordonnances de tous les autres médecins consultés afin que le médecin traitant ne prescrive pas de remèdes incompatibles.
  • Sans aucune crainte ni préjugé, tout dire à son médecin, surtout si l’on souhaite stopper un remède (“ Pourquoi continuer mon antidépresseur alors que je me sens guéri? ”) ou si on le prend mal, en précisant pourquoi. Le Médecin, surtout si le retraité dit prendre des remèdes trop souvent, pourra, par exemple, donner un médicament sous sa forme à libération prolongée donc en une seule prise journalière...
  • Pour un nouveau traitement prescrit par le médecin, noter les fréquents effets secondaires cités (plus de 50% des effets secondaires sont prévisibles...). C’est important si le retraité doit prendre des médicaments présentant, plus que d’autres, des effets secondaires : les médicaments cardiovasculaires, les anti-diabétiques, les statines (contre le mauvais cholestérol), les médicaments contre les angoisses, les antidépresseurs, ...
  • Si le médecin traitant délivre un générique, lui demander de mettre entre parenthèse le nom du médicament remplacé.
  • Lui demander, compte tenu de ses problèmes de santé et des remèdes déjà pris, les noms des médicaments fortement déconseillés en automédication.
  • Ne pas quitter la consultation sans avoir bien compris l’ordonnance et ne pas hésiter à demander au médecin s’il lui est possible de l’imprimer en caractères aisément lisibles si c’est nécessaire.
 
 
Lors du passage à l’officine du pharmacien :
 
  • N’acheter que le nombre de boîtes utiles si c’est un renouvellement et qu’une seule boite d’un nouveau médicament (quitte, en l’absence d’effet secondaire, à revenir en acheter les boites restantes pour le mois)
  • Demander à son pharmacien (qui le fera avec plaisir) de noter en gros sur la boite d’un générique le nom du médicament substitué.
  • En cas de mauvaise acuité visuelle et en l’absence d’aide familiale, lui demander aussi de noter en gros sur chaque boîte la date de péremption souvent peu aisée à lire... L’idéal est de lui amener aussi le sac de boites ou de flacons en double retrouvées dans l’armoire à pharmacie afin de savoir quand ils seront périmés, donc sans aucun effet garanti.
  • Si ce n’est pas encore fait, acheter un pilulier (le mieux est un semainier) que le retraité remplit lui-même en totalité une fois par semaine, sinon ce pourra être fait par un aidant familial ou une infirmière libérale ou une aide-soignante d’un SSIAD voire le pharmacien, mais prévenu auparavant.
Un conseil : le pilulier, comme la téléassistance, devrait accompagner tout retraité seul souhaitant réussir son maintien à domicile (il est bon de rappeler qu’en cas d‘AVC, la téléassistance autour du cou déclenchée par le bras valide permet une intervention plus rapide des secours : si c’est le cas dans les 3 heures qui suivent, cela permet un taux de guérison non plus de 25% mais de 40% ...)    
 
 A la maison :
 
  • Remplir son pilulier régulièrement
  • Enlever de l’armoire à pharmacie personnelle des remèdes périmés ou supposés périmés et préférer pour cet armoire un endroit sombre, frais et non humide (éviter les salles de bains ...) 
  • Appeler le médecin traitant (avis technique téléphonique) en cas d’effet secondaire inhabituel, surtout si un remède prescrit est nouveau et, bien entendu, ne stopper un remède qu’après son avis et suivre la durée du traitement et la posologie à la lettre (notamment l’heure de prise du remède).
  • Quand le retraité souhaite reprendre seul un remède pour un problème de santé qu’il juge comparable, il est sage qu’il appelle son Médecin ou demande conseil à son pharmacien (qui tient son Vidal, le dictionnaire des médicaments, à la disposition de tout retraité lui demandant de le consulter).
  • Eviter tout remède proposé par un proche qui veut rendre service, sans avis du médecin traitant.
  • Un retraité ne devrait pas user de l’automédication sans avis médical, même pour un remède prescrit sans ordonnance et n’ayant créé aucun problème lors d’une prise antérieure ( y compris l’aspirine, certains laxatifs, certains remèdes contre les douleurs d’estomac, des “vitamines”, ...) .     

 

Cet article vous a-t-il semblé utile ?

UTILE ()

aidant a trouvé cet article utile
Un avis sur cet article ? Un conseil à partager ?
Venez en discuter avec les membres de la communauté
Ils en parlent sur le site
LES ARTICLES EN RELATION
LES DISCUSSIONS EN RELATION
    Les questions en relation
    Poser une question

    Vous avez besoin de conseils sur un sujet précis ? Les aidants de la communauté sont là pour vous aider

    Merci votre question a bien été enregistrée.

    Elle sera publiée afin d'etre visible par les autres membres de la communauté.

    Nous espérons que ceux-ci pourront vous apporter les réponses dont vous avez besoin