L'automédication raisonnable de la personne âgée à domicile

avatar badge

UTILE ()

Article rédigé par Guillaume Besse, Médecin, Lundi 14 octobre - mis à jour le Mercredi 23 octobre Consulter son profil complet

Un médicament sur sept est délivré sans ordonnance et acheté par 30% des personnes âgées. Pourtant, la moitié aurait un rapport bénéfice/risque jugé défavorable. Alors pourquoi des personnes âgées ont-elles recours à ces remèdes ? Pour quels problèmes de santé ? Y a-t-il des risques à en prendre et une automédication raisonnable est-elle possible ?

Les médicaments délivrés sans ordonnance

Non remboursés, leur prix est libre et ils peuvent faire l'objet de publicité. Des milliers sont disponibles : phytothérapie, homéopathie mais aussi, par exemple, remèdes à base d'anti-inflammatoires, de vasoconstricteurs, d'antalgiques... ou visant à soulager des maux d'estomac, des douleurs d'arthrose, des diarrhées…

Pourquoi des personnes âgées les utilisent ?

Certaines prétextent un recours plus difficile à leur médecin traitant ou l'inutilité de le déranger, par exemple pour une constipation (possible diarrhée donc déshydratation par abus de laxatifs). D'autres disent les préférer aux génériques et certaines, pour économiser le coût d'une consultation.
Mais c'est surtout la phytothérapie qu'elles préfèrent parce qu’elles l'estiment naturelle donc sans danger, d'autant qu'elles en prenaient parfois dans l'enfance. Ou bien parce que cela redevient «  tendance » (en particulier à la télévision) ou, surtout en cas de médicaments nombreux, pour qu'un autre plus léger les aident à accepter celui de leurs maladies (au moins 40 % de nos proches âgées ne suivent pas impeccablement l'ordonnance de leur médecin).

Pour quels fréquents problèmes de santé ?

D'abord pour des douleurs (surtout d'arthrose) : l'aspirine représente 15% des médicaments délivrés sans ordonnance.
Ensuite pour des problèmes microbiens comme un écoulement de nez, une toux, ou de la température.
Puis pour des anomalies digestives : constipation, diarrhée, ventre gonflé, digestion difficile…
Enfin, pour une fatigue (avoir un « remontant ») ou pour des nuits reposantes (« endormisseur ») ou des jambes lourdes produit pour la circulation) ou quelque chose apaisant en cas d'angoisse ou qui dope la mémoire.

Quels sont les risques encourus ?

D'abord un retard de diagnostic, donc de traitement efficace et donc un risque d’hospitalisation plus important. Par exemple, l’utilisation de paracétamol de nombreux jours pour une fièvre mal contrôlée (infection pulmonaire) ou pour des maux de tête par sinusite bactérienne (ou glaucome sévère ou hypertension artérielle déséquilibrée…). Ou encore l’utilisation de laxatifs pour une constipation restant opiniâtre aboutissant à une occlusion ou déclenchant une débâcle diarrhéique mal compensée par une correcte hydratation.

Ensuite, les possibles effets secondaires, surtout si d'autres médicaments sont pris à côté (50% des plus de 75 ans ont au moins cinq problèmes de santé traités) et que le proche âgé se nourrit et s'hydrate mal. Par exemple, malaise ou selles noires par saignement de l'estomac sous aspirine (pouvant aussi majorer une insuffisance rénale connue), chute du potassium dans le sang par des diarrhées non avouées et causées par des laxatifs, majoration d'un glaucome ou d'une hypertension à cause des vasoconstricteurs de certains produits contre les rhumes... Voire une modification de l'action d'anticoagulants déjà en cours par prise de millepertuis ou d'extraits de feuille de ginkgo.

Comment rendre une automédication raisonnable ?

D'abord ne pas hésitez à redire à son proche que son docteur l'accompagne et peut tout entendre (même si cela ne concerne pas son ordonnance), en particulier sur un médicament délivré sans ordonnance que le proche veut ou a déjà essayé.
Ensuite, qu'il lise attentivement la notice quand elle existe (agrandie sur écran si nécessaire), interroge son médecin au moindre doute d'interactions et envisage un traitement court (pour alerter si pas d'amélioration au bout de quelques jours).
Enfin, il doit apprendre à bien gérer son armoire à pharmacie personnelle.

 

Cet article vous a-t-il semblé utile ?

UTILE ()

aidant a trouvé cet article utile
Un avis sur cet article ? Un conseil à partager ?
Venez en discuter avec les membres de la communauté
Ils en parlent sur le site
LES ARTICLES EN RELATION
LES DISCUSSIONS EN RELATION
    Les questions en relation
    Poser une question

    Vous avez besoin de conseils sur un sujet précis ? Les aidants de la communauté sont là pour vous aider

    Merci votre question a bien été enregistrée.

    Elle sera publiée afin d'etre visible par les autres membres de la communauté.

    Nous espérons que ceux-ci pourront vous apporter les réponses dont vous avez besoin