La cataracte : une récupération de la vue grâce à un diagnostic précoce

avatar badge

UTILE ()

Article rédigé par Jean-Jacques ARVIEU, Médecin des hôpitaux, 7 mars 2012 - mis à jour le 24 juillet 2014 Consulter son profil complet

Les troubles visuels du sujet âgé sont fréquents, ils sont dominés par la baisse de l'acuité visuelle (BAV).  Nous retiendrons dans notre propos une des causes les plus répandues de BAV : la cataracte ou opacification d'une partie ou de tout le cristallin.

Afin d'en préciser la fréquence, prenons pour indicateur le nombre d'acte de chirurgie pour cataracte ; en effet, ce qui importe c'est le retentissement de cette BAV dans la vie quotidienne et c'est notamment ce qui va faire poser l'indication chirurgicale.  La chirurgie est à ce jour le seul traitement efficace. Environ 200 000 interventions par an sont recensées en France, ce chiffre  est en constante augmentation dans les pays industrialisés de par l'accès aux soins et de par l'évolution démographique. Le vieillissement de la population est le facteur principal d'augmentation du nombre de cataracte, c'est à dire que l'âge est le principal facteur de risque d'apparition de cette pathologie.

La forme plus fréquente est, par conséquent, la cataracte sénile. Cependant, il ne faut pas ignorer d'autres causes telles : la cataracte traumatique qui est beaucoup plus fréquente chez le sujet jeune, la cataracte consécutive à un diabète la plus fréquente des cataractes secondaires et à laquelle s'ajoutent les conséquences vasculaires oculaires du diabète. Nous en rapprocherons la cataracte liée à un traitement cortisonique au long cours.

Comment se révèle la cataracte ?

En règle elle se révèle par une baisse de l'acuité visuelle, elle est progressive et touche d'abord notoirement la vue de loin. Peut s'y associer la photophobie, c'est à dire l'intolérance à la lumière ; la sensation de halo est souvent rapportée avec des cercles lumineux autour de sources lumineuses.

La consultation chez l'ophtalmologiste confirmera le diagnostic par la mesure de l'acuité visuelle et par un examen complet des yeux ; Le spécialiste objectivera l'atteinte du cristallin, son étendue, sa localisation. Il recherchera des pathologies associées et qui pourraient contribuer à la BAV.

Que faire après le diagnostic ?

Il convient d'apprécier : les retentissements de la BAV, l'état général de la personne afin de poser l'indication d'un traitement approprié. Le traitement efficace est chirurgical  et impose un bilan pré opératoire.

Celui ci est composé d'un bilan pré anesthésique classique même si l'anesthésie est locorégionale, et d'un bilan ophtalmologique afin de déterminer l'état du ou des globes oculaires. Divers examens rechercheront une maladie touchant en particulier la rétine (DMLA, artériopathie, décollement), le globe oculaire (glaucome).

L'intervention consistait en l'ablation du cristallin, de nos jours le chirurgien va ouvrir et vider le cristallin,  puis mettre en place un implant intraoculaire adapté. L'opération se fait en ambulatoire, en journée ; il est préférable qu'un tiers soit disponible pour accompagner l'opéré chez lui et assurer surveillance et instillation des collyres si nécessaire.

L'intervention permet dans plus de 90% des cas une récupération fonctionnelle dès le lendemain ou les jours qui la suivent. Le médecin spécialiste saura expliquer outre l'intervention, les risques de complications per et post opératoires.

Durant plusieurs semaines des collyres seront indiqués, il faudra se préserver de tout traumatisme oculaire même minime, l'ophtalmologiste assurera le suivi de son patient. Par la suite se précisera, le cas échéant, une intervention d'un second œil, la prescription de verres correcteurs.

La cataracte dite sénile est une cause très fréquente de baisse de l'acuité visuelle, les progrès de la chirurgie ophtalmologique permettent de récupérer  à plus de 90% des opérés une bonne acuité visuelle. Ceci n'est possible que par une prise en charge ophtalmologique précoce et parce que tout autre facteur de BAV aura été pris en compte et corrigé. C'est dire que toute personne doit pouvoir bénéficier d'un dépistage et d'un suivi ophtalmologique.

Cet article vous a-t-il semblé utile ?

UTILE ()

aidant a trouvé cet article utile
Un avis sur cet article ? Un conseil à partager ?
Venez en discuter avec les membres de la communauté
Ils en parlent sur le site
LES ARTICLES EN RELATION
LES DISCUSSIONS EN RELATION
    Les questions en relation
    Poser une question

    Vous avez besoin de conseils sur un sujet précis ? Les aidants de la communauté sont là pour vous aider

    Merci votre question a bien été enregistrée.

    Elle sera publiée afin d'etre visible par les autres membres de la communauté.

    Nous espérons que ceux-ci pourront vous apporter les réponses dont vous avez besoin