Le reflux gastro-oesophagien de la personne âgée à domicile

avatar badge

UTILE ()

Article rédigé par Guillaume Besse, Médecin, 12 mars 2018 Consulter son profil complet

Le reflux gastro-oesophagien concernerait 20% des personnes âgées et s'exprime souvent par des anomalies non digestives, souvent banalisées. Pourtant les répercussions sur l'oesophage sont souvent significatives avec l'âge (possible cancérisation). Alors, comment définir ce reflux ? Quels sont ses risques ? Quand être alerté ? Une prévention concrète est-elle possible ?

Les organes concernés

L'oesophage descend de la gorge vers la partie haute de l'estomac rejointe après traversée du diaphragme. La progression alimentaire, par contractions de l'oesophage, se fait au contact de sa muqueuse. Sa partie basse a un sphincter empêchant, après le repas, la remontée du contenu acide de l’estomac. Les contractions broyant les aliments provoquent une augmentation de pression.

Qu'est-ce qu'un reflux gastro-oesophagien ?

C'est la remontée, au moins une fois par semaine, du contenu partiel de l’estomac vers la muqueuse de l’oesophage, avec ou non hernie hiatale (hernie, parfois transitoire, de la partie haute de l'estomac à travers le passage diaphragmatique de l'oesophage, facilitant alors le reflux). Cette remontée est souvent plus prolongée chez la personne âgée.

Chez la personne âgée, pourquoi peut-il être plus significatif ?

D'abord par augmentation de pression dans le ventre (ceinture ou pantalon trop serré, surpoids...)

Ensuite car le sphincter est défaillant : relâchements répétés, mauvaises contractions une fois les aliments dans l'estomac (notamment par certains somnifères – benzodiazépines – ou médicaments cardiaques...), et... éventuelle hernie hiatale modifiant les structures ( mais beaucoup ne donnent pas de reflux).

Quant au reste de l'oesophage, ses contractions diminuent, sa muqueuse est moins sensible à l'acidité. De plus, la durée du reflux est souvent prolongée et l'alitement augmente avec l'âge (la moitié des personnes concernées ont un reflux).

Sans oublier l'estomac : son acidité est plus vive puisque la salive, qui la compense, est moins sécrétée.

Quels sont les risques d’un reflux gastro-oesophagien ?

Le premier risque est l'oesophagite (souffrance de sa muqueuse) : spécifique, elle est plus fréquente après 65 ans et souvent sévère. La muqueuse, érodée, peut saigner, induire une anémie fatigante voire être le siège d’ulcères. Elle peut aussi s'épaissir, gênant le passage alimentaire (sténose, augmentant le risque de cancer).

Ensuite des modifications, plus ou moins vastes, de la muqueuse (l'endobrachyoesophage), plus fréquente après 65 ans avec, surtout par reflux ancien, une transformation en cancer trente cinq fois plus élevée, peuvent survenir. Mais la surveillance fibroscopique régulière traitera - au fibroscope- un cancer à son tout début, surtout en l'enlevant sinon par d'autres techniques, notamment par radio-fréquence, parfois les deux.

Quand être alerté ?

Le proche âgé, volontiers alité, parfois avec une mauvaise haleine récente, signale surtout d'inhabituelles anomalies non digestives : douleurs du dos (l'irritation oesophagienne irradie en arrière) ou de la poitrine, toux prolongée (remontée acide dépassant l'arrière gorge pour irriter les poumons), gêne respiratoire curieuse, voix enrouée, bronchites répétées...

Moins souvent, il relate des nausées (attention aux pertes d'appétit...) ou des régurgitations après les repas (acidité de gorge ou de bouche) ou des brûlures partant de l'estomac, surtout s'il est allongé ou ramasse un objet, sachant qu'elles sont moins ressenties avec l'âge.

Que faire ?

L’aidant devra alerter son médecin traitant qui prescrira une fibroscopie haute évoquant le reflux face à une oesophagite (ulcérée ou non) ou un endobrachyoesophage et retrouvera ou non une hernie hiatale. D'autres examens (manométrie, pH-impédancemétrie) ne sont pas systématiques.

Un traitement médical diminuant l'acidité (les « IPP ») débutera, typiquement pendant six semaines ou au moins huit si oesophagite. Mais le reflux persistera souvent et un traitement d'entretien sera poursuivi.
Une chirurgie du reflux ne se discutera parfois qu'après (échec des IPP sur l'oesophagite ou hernie hiatale très sévère).

Quelle prévention très concrète ?

Se méfier d'un alitement prolongé, stopper le tabac, ne pas dépasser plus d'un verre de 20 cl de vin par repas, éviter ce qui amoindrit le sphincter (café, chocolat, repas riches en graisses), avoir un poids idéal pour son âge et sa taille (indice de masse corporelle), éviter les ceintures et pantalons trop serrés, surélever la tête de son lit de 15 à 20 cm, attendre deux heures après tout repas pour s'allonger.

Cet article vous a-t-il semblé utile ?

UTILE ()

soyez le premier à voter utile
Un avis sur cet article ? Un conseil à partager ?
Venez en discuter avec les membres de la communauté
Ils en parlent sur le site
LES ARTICLES EN RELATION
LES DISCUSSIONS EN RELATION
    Les questions en relation
    Poser une question

    Vous avez besoin de conseils sur un sujet précis ? Les aidants de la communauté sont là pour vous aider

    Merci votre question a bien été enregistrée.

    Elle sera publiée afin d'etre visible par les autres membres de la communauté.

    Nous espérons que ceux-ci pourront vous apporter les réponses dont vous avez besoin