Les anémies et leurs risques

avatar badge

UTILE ()

Article rédigé par Jean-Jacques ARVIEU, Médecin des hôpitaux, 10 octobre 2012 - mis à jour le Lundi 24 février Consulter son profil complet

Les anémies est un sujet peu abordé alors qu’elles sont pourtant un facteur de perte d’autonomie avec la survenue ou la complication de certaines maladies telles que les insuffisances cardiaques ou encore les chutes et les fractures. Réel problème de santé publique, la recherche précoce de ses causes permettra une prise en charge thérapeutique rapide et pourra avoir une influence sur la qualité de vie future de la personne.

 

Au delà de 65 ans la prévalence de l’anémie dans la population tout venant est de 8% (4 à 7% pour les adultes jeunes) ; entre 75 et 85 ans elle passe à 10-15% pour dépasser les 20% après 85 ans.

Qu’elle est la définition de l’anémie ?

Une autre préoccupation est la définition de l’anémie du sujet âgé, selon l’OMS, elle se définit pour un taux d’hémoglobine (molécule qui fixe l’oxygène dans les globules rouges)  inférieur à 12 grammes par décilitre de sang chez la femme et à 13 g/dL chez l’homme. Mais cette distinction s’annule pour les femmes ménopausées depuis plusieurs années.

Quand rechercher une anémie ?

Plusieurs circonstances peuvent amener le médecin à prescrire un prélèvement sanguin pour déterminer le taux d’hémoglobine. Aux symptômes de la ou les maladies à l’origine de l’anémie s’associent les symptômes propres à l’anémie.

Classiquement il est décrit une pâleur de la peau et des muqueuses (lèvres, face interne des paupières), une fatigue, un essoufflement inhabituel à l’effort. Il peut s’agir de vertiges, de malaises, de chutes ; particulier chez le sujet âgé : la confusion mentale.

Quelles en sont les causes ?

Les causes ne diffèrent pas de celles du sujet jeune, cependant les causes par carence en fer et par une inflammation sont ici plus fréquentes. Autre particularité est le caractère multifactoriel des causes retrouvées en gériatrie :

  • Les anémies par carence sont dominées par la carence en fer, en vitamine B12, en vitamine B9 (acide folique). La carence en fer invite à rechercher un saignement occulte qui par sa chronicité et son caractère très peu abondant passe inaperçu, il faut rechercher un facteur associé qui favorise le saignement tel que la prise d’aspirine ou d’anticoagulant. Le médecin prescrira des examens pour déterminer le foyer qui saigne, un traitement de la cause sera associé à une recharge en fer par médicament durant plusieurs mois. S’il y a carence en vitamine B12 et/ou B9, outre la quête de l’origine de la carence, il conviendra de donner un traitement pour reconstituer les réserves de l’organisme en ces vitamines.
  • Les anémies secondaires à un syndrome inflammatoire sont fréquentes,    l’inflammation provoque une redistribution du fer de l’organisme et celui ci n’est plus disponible pour fabriquer l’hémoglobine et donc les globules rouges. Il convient de rechercher la cause de l’inflammation et de la corriger, ici il n’y a pas lieu de prescrire du fer, il sera libéré et disponible après correction de l’inflammation.
  • Les anémies d’origine centrale sont liées à un dysfonctionnement de la moelle osseuse qui est le siège de la fabrication des cellules sanguines dont les globules rouges. Lorsque la moelle est déficitaire en production cellulaire, il s’en suit un manque de précurseurs cellulaires dont ceux des globules rouges. Des examens sanguins et une étude de la moelle osseuse (myélogramme) suffisent à faire le diagnostic du mécanisme de l’anémie qui est dit central. Plusieurs pathologies peuvent aboutir à cette atteinte médullaire (de la moelle) citons une infiltration par des cellules dans le cadre de cancers du sang ou de métastases. Ailleurs c’est un appauvrissement de la moelle que l’on appelle hypoplasie, citons les produits toxiques, la radiothérapie, des chimiothérapies, divers médicaments.
  • Autre cause d’anémie : l’insuffisance rénale chronique qui s’accompagne d’une anémie chronique par manque d’érythropoïétine (EPO). De nos jours, les patients bénéficient d’injections de cette substance qui va réactiver la fabrication des globules rouges et corriger l’anémie. Citons aussi l’hypothyroïdie, l’alcoolisme, la dénutrition. Enfin il faut dire qu’un certain nombre d’anémie (20 à 30%) reste inexpliqué.
Cet article vous a-t-il semblé utile ?

UTILE ()

soyez le premier à voter utile
Un avis sur cet article ? Un conseil à partager ?
Venez en discuter avec les membres de la communauté
Ils en parlent sur le site
LES ARTICLES EN RELATION
LES DISCUSSIONS EN RELATION
    Les questions en relation
    Poser une question

    Vous avez besoin de conseils sur un sujet précis ? Les aidants de la communauté sont là pour vous aider

    Merci votre question a bien été enregistrée.

    Elle sera publiée afin d'etre visible par les autres membres de la communauté.

    Nous espérons que ceux-ci pourront vous apporter les réponses dont vous avez besoin