Un transit digestif lent après 65 ans : comment concrètement l'améliorer ?

avatar badge

UTILE ()

Article rédigé par Guillaume Besse, Médecin, 7 mai 2015 - mis à jour le 4 mai 2017 Consulter son profil complet

La constipation touche plus de la moitié des retraités, en majorité des femmes. Presque 55 millions de boîtes de laxatifs sont vendues chaque année en France, avec une automédication préoccupante. La crainte de « l'occlusion », d'une diarrhée secondaire peut amener certains retraités à moins s'alimenter, d'où un risque de dénutrition. Pourtant, la durée du transit chez le retraité est bien souvent la même que chez l'adulte plus jeune (20 heures en moyenne). Alors, quand commence la constipation ? Ses causes ? Que faire et quelle prévention ?

 

Quand commence la constipation ?

 
Lorsque l'on a moins de trois selles par semaine, qu'il y ait ou non des difficultés d'aller à la selle (défécation) ou des selles fractionnées ou dures.
 

Quelles sont ses causes ?

 
Certains retraités, lors de l'avance en âge, ont un ralentissement plus net que d'autres du fonctionnement de leurs côlon et rectum (qui se termine par l'ampoule anale reliée à l'extérieur par le canal anal): au repos, on observe une diminution significative du nombre et de l'amplitude des contractions motrices du côlon (et donc de la progression des selles) et à la défécation, une plus faible pression exercée sur les selles dans le canal anal aux contractions moins amples. D'autres retraités ont des muscles abdominaux moins toniques (pas de marche journalière d'au moins 30 minutes).
 
Ces différences favoriseront alors une vraie constipation en cas de baisse tant des apports alimentaires, notamment en eau (le volume des selles, composées de 70% d'eau, favorise la motricité colique) que des fibres alimentaires (légumes, fruits). En effet, les fibres, non digérées dans l'intestin grêle, parviennent au côlon, et, d'une part, sont les seules à attirer de l'eau dans les selles (au volume et au poids alors plus grand) et, d'autre part, y sont transformées en acides gras stimulant la motricité du côlon.  Dès lors, le transit ralentissant, les selles stagnent plus longtemps au contact du côlon qui... retire l'eau des selles ! 
 
Les rares autres facteurs de risque, surtout s'ils s'ajoutent peuvent être : un stress important, un médicament (antidépresseurs, certains antihypertenseurs, diurétiques, antiparkinsoniens, fer,...), un diabète, une hypothyroïdie, une chute du potassium ou une augmentation du calcium dans le sang ... et les maladies digestives (cancer, fissure anale, …)
 

Que faire ?

 
Pas d'automédication (avec des mélanges de laxatifs, très nombreux alors que beaucoup se ressemblent...) qui retarde l'avis du Médecin. Ce dernier pourra demander certains examens (diabète ? hypothyroïdie?) mais les examens complémentaires plus poussés sont typiquement du ressort du Gastro-entérologue, et après échec des premiers traitements. Le plus souvent, les mesures hygiéno-diététiques ci-dessous suffisent, sinon le Médecin pourra prescrire un laxatif.
 

Quelle prévention très concrète?  

  • Boire un litre d'eau entre les repas, sans avoir soif et en parlant d’éventuelles petites fuites à son médecin.
  • Mode de vie calme (si possible) et repas à heures régulières.
  • Marcher au moins 30 minutes par jour (si c'est possible).                                   
  • Alerter son Médecin si un nouveau médicament constipe.                                                   
  • Aller à la selle dès que l'on en ressent l'envie.                                                                     
  • Eviter toute restriction des apports alimentaires                                             
  • Majorer l'apport en fibres alimentaires :
- pain complet (trois fois plus de fibres que dans le pain blanc) ou pain au son
- trois fruits par jour : noix, fruits secs (abricots, pruneaux, figues), pommes, poires,... et peler ces fruits le moins possible car c'est dans leur peau que se trouvent le plus de fibres.
- deux légumes par jour, y compris les légumes secs : lentilles, haricots blancs ou rouges, pois chiches (10 à 15 % de fibres contre 9 % pour le pain complet)
- un jus d'agrumes le matin et un autre à 15 heures
  • Eviter les plats riches en graisses animales (charcuteries, abats, pizzas,...) ou épicés, de même que les féculents et farineux (pommes de terres, frites ou non, riz…).

 

Mots clés : Autres maladies
Cet article vous a-t-il semblé utile ?

UTILE ()

aidant a trouvé cet article utile
Un avis sur cet article ? Un conseil à partager ?
Venez en discuter avec les membres de la communauté
Ils en parlent sur le site
LES ARTICLES EN RELATION
LES DISCUSSIONS EN RELATION
    Les questions en relation
    Poser une question

    Vous avez besoin de conseils sur un sujet précis ? Les aidants de la communauté sont là pour vous aider

    Merci votre question a bien été enregistrée.

    Elle sera publiée afin d'etre visible par les autres membres de la communauté.

    Nous espérons que ceux-ci pourront vous apporter les réponses dont vous avez besoin