Des films à partager sur la vieillesse "dans tous ses états"

avatar badge

UTILE ()

Article rédigé par Annie Ludinard, Coordinatrice du Relais des Aidants, 4 novembre 2019 - mis à jour le 6 novembre 2019 Consulter son profil complet

Nous vous avions proposé en juin dernier quelques idées de films à voir en famille qui abordaient ce sujet de la vieillesse sous un angle positif et bienveillant. Mais la vieillesse n'est pas toujours « un long fleuve tranquille ». Alors voici pour cette deuxième partie, une filmographie choisie, pour petits et grands, qui aborde la question de la maladie, celle d'Alzheimer, des accidents de la vie, des liens intergénérationnels, de la fin de vie. L'occasion peut-être d'aborder ces sujets avec ses proches.

La finale, de Robin Sykes, 2018

La Finale

Avec Thierry Lhermitte, Rayane Bensetti, Émilie Caen

Une comédie pleine de bons sentiments sur la maladie d'Alzheimer ! Roland perd la tête et son comportement est parfois ingérable. Alors lorsque la famille demande à JB, le petit-fils de garder son grand-père justement le week-end où il doit aller à Paris pour sa finale de basket, qu'à cela ne tienne. Il s'y rendra avec lui. Commence alors un voyage semé d'embûches sur fond de complicité entre le grand-père malade et son petit-fils qu'il n'a pas vu grandir.

Des scènes touchantes, parfois drôles sur la maladie et les liens intergénérationnels.

La Dernière leçon, de Pascale Pouzadoux, 2015

La Dernière leçon

Avec Sandrine Bonnaire, Marthe Villalonga, Antoine Duléry

Madeleine, 92 ans, a planifié le jour et les conditions de sa mort. Elle décide d'annoncer sa décision à sa famille mais cela ne va pas se passer comme elle l’aurait voulu et les conflits familiaux surviennent. Cependant sa fille, malgré l’incompréhension et l'angoisse, décide de respecter sa décision et de vivre avec elle ses derniers jours. Un sujet difficile traité avec délicatesse qui nous fait passer du rire aux larmes.

La Dernière leçon est adaptée de l'autobiographie de Noëlle Châtelet sur le suicide programmé de sa mère. Un film juste et bouleversant tenu par des actrices émouvantes qui nous incite à réfléchir sur ce sujet douloureux de la fin de vie.

Quelques heures de printemps, de Stéphane Brizé, 2012

Quelques heures de printemps

Avec Vincent Lindon, Hélène Vincent, Emmanuelle Seigner

Alain, 48 ans n’a pas le choix. Il doit retourner vivre chez sa mère. Cette cohabitation forcée va relancer les incompréhensions, les rancœurs, les blessures, les non-dits de leur relation passée jusqu'à la violence. Mais il apprend que sa mère est atteinte d'une maladie incurable. Pourront-ils alors dépasser tous ces ressentiments pour apprendre à se parler et à se comprendre ?

Un film fort et délicat sur la relation mère/fils, des silences et des regards plus forts que les mots pour dire tout le ressenti d'un fils face à l'échec social et la honte et les regrets d'une mère qui n'a plus que quelques mois à vivre. Une histoire d'amour bouleversante mais sans pathos entre une mère et un fils.

Loin d'elle, de Sarah Polley, 2007

Loin d'elle

Avec Julie Christie, Gordon Pinsent, Olympia Dukakis

Fiona et son mari partagent leur vie depuis près d'un siècle et s’aiment toujours. Ils ont surmonté ensemble les hauts et les bas de la vie, le meilleur et le pire comme on dit ! Mais Fiona perd de plus en plus la mémoire. Elle dit : « Je disparais ». Alors quand elle apprend que c'est la maladie d’Alzheimer, elle décide d'aller vivre en maison spécialisée.
Un joli film tendre et émouvant sur la séparation, la culpabilité, le deuil blanc... Que reste-t-il de l'amour quand l'un des deux a oublié ?

Se souvenir des belles choses, de Zabou Breitman, 2002

Se souvenir des belles choses

Avec Isabelle Carré, Bernard Campan, Bernard Le Coq

Claire, la trentaine, plutôt discrète, se retrouve dans un centre spécialisé pour amnésiques. Elle a des troubles de la mémoire et d'élocution suite à un coup de foudre en forêt ! Pourtant, pour le médecin, elle pourrait, comme sa mère, être atteinte d'un Alzheimer précoce. Dans le centre, elle rencontre Philippe qui lui est amnésique suite à l'accident de voiture dans lequel sa femme et son enfant ont perdu la vie. Ils tombent amoureux et décident, malgré les difficultés, de vivre ensemble avant qu'il ne soit trop tard.

Un film à la fois triste et beau sur l'amour et l'oubli.

Là-haut, film d'animation de Pete Doter et Bob Peterson, 2009

Là-haut

Ancien vendeur de ballons, ce vieux monsieur bougon vit seul, depuis le décès de sa femme, dans la maison qu'il a construite. Mais les promoteurs sont là et il craint que sa maison soit vendue. Alors lui vient l'idée d'attacher des milliers de ballons au toit de sa maison afin de s'envoler et de réaliser la promesse que sa femme et lui s'étaient faite d'aller vivre au sommet des chutes du Paradis en Amérique du sud. Son rêve se réalise et il s'envole mais soudain quelqu'un frappe à la porte... Commence alors un voyage en duo avec le jeune Russell, aventurier enthousiaste mais envahissant.

Un film d'aventure pour petits et grands où tour à tour l'amour, l'émotion, les larmes nous amènent là-haut !

À lire aussi : 

 

Cet article vous a-t-il semblé utile ?

UTILE ()

soyez le premier à voter utile
Un avis sur cet article ? Un conseil à partager ?
Venez en discuter avec les membres de la communauté
Ils en parlent sur le site
LES ARTICLES EN RELATION
LES DISCUSSIONS EN RELATION
    Les questions en relation
    Poser une question

    Vous avez besoin de conseils sur un sujet précis ? Les aidants de la communauté sont là pour vous aider

    Merci votre question a bien été enregistrée.

    Elle sera publiée afin d'etre visible par les autres membres de la communauté.

    Nous espérons que ceux-ci pourront vous apporter les réponses dont vous avez besoin